A défaut d’avoir le charisme de Barack Obama, les politiques font particulièrement attention à leur physique, et notamment à leur poids. Un détail corporel a priori anodin mais qui pourrait peser lourd sur la balance en 2017.

A un an de l’élection présidentielle, les candidats à la fonction suprême sont plus que jamais sur le pied de guerre. Entre diverses interventions médiatiques, ils travaillent sans relâche leur image avec pour seul but de séduire l’électorat le plus large. Dans cette ascension du pouvoir, un obstacle inattendu pourrait pourtant leur voler la vedette : leur poids. En effet, la politologue Delia Dumitrescu expliquait récemment à Planet.fr que "plusieurs études indiquent que l’image d’un candidat jeune et beau influe dans le succès électoral". Le tour de poitrine n’échappe pas à la règle.

A lire aussi - François Hollande : son petit secret pour (essayer de) perdre du poids

Avant d’être élu président de la République, François Hollande a suivi un régime draconien afin de perdre 17 kilos. Un pari réussi qui l’avait conforté dans sa position de leader. "Son régime a marqué sa détermination, son self-control, estime Delia Dumitrescu. Derrière l’apparence d’une personne en bonne santé se cache la promesse de compétence." Pour Florian Silnicki, communicant et fondateur de LaFrenchCom’, une entreprise spécialisée dans la stratégie de communication, le constat est sans appel : "Miser sur le physique est un atout non-négligeable. L’image compte aujourd’hui presque plus que le message".

Selon un récent sondage effectué par l’Organisation internationale du Travail (OIT), 20% des chômeurs discriminés lors d’un entretien à l’embauche le seraient à cause d’un surpoids. Rien d’étonnant alors à ce que les politiques soient aujourd’hui confrontés au même diktat de beauté. "Des émotions négatives sont associées à la perception des personnes ayant le plus de poids, rappelle Delia Dumitrescu. Cela est propre à l’Europe de l’ouest. C’est une question de culture et de contexte politique"."

Une altération du message politique en fonction de l’apparence physiquePar ailleurs, nombreux sont les politiques qui font désormais appel à d’anciens publicitaires pour revaloriser leur image. "Si l'apparence physique est si importante en politique, c'est parce que la télévision est le principal vecteur de diffusion du message politique et qu’elle exacerbe la communication non-verbale au détriment du fond du discours. Les hommes et les femmes politiques peuvent subir une altération de leur message à la télévision en fonction de leur apparence", détaille pour sa part Florian Silnicki.

Publicité
Mais en dehors des considérations esthétiques, une alimentation saine peut également se révéler extrêmement bénéfique pour les prétendants aux plus hautes fonctions de l’Etat. "L'équilibre alimentaire permet d'acquérir une certaine énergie physique et mentale, ainsi qu’une force de conviction plus visible, des traits plus fins et plus agréables à regarder", souligne le médecin nutritionniste Nina Cohen-Koubi. Pour y parvenir, il faudrait néanmoins se plier à "des règles alimentaires sur la durée". Le but ? "Maintenir la forme physique et psychologique car l’effet yo-yo est délétère sur la santé", selon la spécialiste qui conseille de privilégier "un régime méditerranéen à base d'huile d'olive, de poissons, de céréales, de fruits et de légumes". Les candidats sont prévenus : il s’agit de ne pas relâcher l’effort une fois la conquête du trône achevée.

En vidéo sur le même thème - Comment Valérie Trierweiler a aidé François Hollande pour son régime