Le micro-parti Cotelec présidé par Jean-Marie Le Pen finance toujours certains candidats pour les élections régionales alors que son président a été exclu du Front national il y a une semaine.

Entre 4 et 8 millions d’euros seront versés par le micro-parti Cotelec (cotisation électorale) de Jean-Marie Le Pen à certains candidats du Front national pour financer la campagne des régionales selon BFM TV et Europe 1 et ce alors que ce dernier a été exclu du Front national par le bureau éxecutif du parti la semaine dernière.

Ce micro-parti a été crée il y a 20 ans et sert à financer les campagnes du parti en prêtant de l’argent aux candidats. 

Si Marine Le Pen, Marion Marechal-Le Pen et Florian Philippot n’ont rien demandé à Jean-Marie Le Pen, Nicolas Bay et Wallerand de Saint-Just n’auraient pas hésité. Pourtant ces deux hommes faisaient parti du "peloton d’éxécution" qui lors du bureau éxécutif a exclu "le Mehnir" du parti qu’il a fondé. Le premier, tête de liste en Normandie, devrait recevoir 300 000 euros. Le second, tête de liste en Ile-de-France recevra 1 million d’euros. Il seront en tout 13 candidats à recevoir de l'argent.

Nicolas Bay a réagi à ces révélations : "Quoi d’étonant à ce que l’argent des adhérents du FN prêté à Cotelec pour financer les campagnes du FN finance les régionales ?"

 

 

2 millions d'euros d'un ex-membre du KGB

Selon Europe 1, ce financement de Jean-Marie Le Pen confirme qu’il ne se présentera pas sur une liste dissidente en région PACA , où sa petite fille, Marion Maréchal-Le Pen sera tête de liste, comme certains le pensaient.

A lire aussi : Marion Maréchal-Le Pen conduira-t-elle le FN en région PACA ?

Le micro-parti Cotelec avait déjà fait parler de lui en avril dernier lorsque Mediapart avait révélé qu’un ex-membre du KGB (Russie) avait financé Cotelec à hauteur de 2 millions d’euros via sa société chyrpiote.

Publicité
Jean-Marie Le Pen doit par ailleurs bientôt recevoir sa lettre d’exclusion puisqu’elle sera rédigée ce vendredi. Si le Front national a mis du temps a réglé ce problème administratif, c’est pour eviter que "le Mehnir" conteste en justice cette exclusion, qu'il gagne et arrive en "star" à l’université d’été du parti à Marseille les 5 et 6 septembre prochains.

Vidéo sur le même thème - Jean-Marie Le Pen exclu du FN : "L'ordre est arrivé de Marine"