Dans les tribunes du match France-Irlande, samedi, le ministre de l’Education nationale était venu soutenir l’équipe nationale. Mais son soutien est tombé à l'eau à cause d'une histoire de couleurs...

L’équipe de France de football a eu très chaud samedi pour obtenir son billet en quarts de finale. Après une première mi-temps médiocre, les Bleus ont arraché la victoire aux Irlandais en marquant à deux reprises par l’intermédiaire d’Antoine Griezmann.

Dans les tribunes du stade des Lumières, à Lyon, la tension était à son comble… jusque dans la tribune présidentielle où les spectateurs de marque s’étaient donné rendez-vous. Ainsi de François Hollande, venu avec une écharpe tricolore autour du cour, de Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, de Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF), de Thierry Braillard, le secrétaire d’Etat aux Sports, et de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.

A lire aussi Euro 2016 : des Bleus feront-ils le ramadan pendant la compétition ?

L’ex-compagne de Moscovici repère la bévue

Pour l’occasion, celle qui a commencé sa carrière politique dans la capitale des Gaules avait sorti le grand jeu pour soutenir les Bleus, se maquillant le visage aux couleurs de la France… enfin presque.

Comme l’a repéré sur Twitter une certaine Marie-Charline Pacquot - qui n’est autre que l’ancienne compagne de Pierre Moscovici –, le ministre arborait un drapeau aux couleurs Rouge-Blanc-Bleu, soit l’ordre inverse du drapeau tricolore Bleu-Blanc-Rouge.

Publicité
Pourquoi une telle méprise ? Closer croit savoir que Najat Vallaud-Belkacem "a dû se maquiller toute seule et a certainement oublié l’effet inverse du miroir". Ou peut-être était-ce un drapeau des Pays-Bas à la verticale, histoire de soutenir le président Hollande ?

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité