Il avait déclaré que les femmes "sont quand même là pour faire des enfants". Voici à qui est décerné le prix imaginé par l'association féministe Chiennes de garde.  

C'est un prix dont il ne pourra pas se vanter. L'association féministe Chiennes de garde a désigné samedi le sénateur de l'Indre (Les Républicains) et maire de Châteauroux, Jean-François Mayet, "macho de l'année". 

En 2015, Jean-François Mayet avait estimé que l'une des causes de la désertification médicale en France est "la féminisation, puisque 75% des nouveaux diplômés sont des femmes. Or, nonobstant l'égalité, elles sont quand même là pour faire des enfants", rappelle l'AFP

Cette annonce faite samedi par communiqué par l'association intervient quelques jours avant la Journée internationale des droits des femmes. D'autres politiques auraient eux-aussi pu recevoir ce prix, à l'instar du militant écologiste Stéphane Lhomme, qui arrive deuxième du classement. 

"Je ne serre pas la main aux connes, ça pourrait les instruire"

Celui-ci avait déclaré sur Twitter à propos Barbara Pompili, récemment nommée secrétaire d'État chargée de la biodiversité : "La fausse écolo mais vraie notable #barbarapompili vole au secours de l'aviateur familial #manuelvalls : une place de ministre pour une pipe ?". 

Publicité
Les Chiennes de garde ont également décerné un "prix macho du déshonneur". Celui qui le remporte est le député LR Jacques Myard, non avare en citations sexistes. Deux remarques ont été retenues contre lui. La première adressée à des militantes du collectif féministe La Barbe : "Je ne serre pas la main aux connes, ça pourrait les instruire". Et la seconde à une journaliste : "Ah, ce portrait que vous avez fait de moi, j'en jouis encore ! Ça vous choque que je parle d'orgasme ?". 

En vidéo sur le même thème - Macholand.fr : dénoncez le sexisme ! 

Publicité