Fatoumata Koïta, une élue du Parti socialiste, vient d'être condamnée pour avoir détourné de l'argent d'un député dont elle était l'assistante parlementaire. Elle a dépensé au total 13 000 euros pour des achats personnels.

Fatoumata Koïta, une conseillère départementale de l’Essonne, a été condamnée pour avoir fait des achats personnels à hauteur de 13 000 euros avec de l’argent public. Elle a écopé de deux mois de prison avec sursis après avoir plaidé coupable, a rapporté Le Parisien

Les faits révélés par Mediapart remontent à 2015. Fatoumata Koïta est assistante parlementaire de Saïd Boinali, député de la première circonscription de Mayotte. À ce moment, elle utilise la carte bancaire personnelle de ce dernier ainsi qu'un compte alimenté chaque mois par l'Assemblée nationale pour faire des achats personnels  : cosmétiques, vêtements, sorties au cinéma... Après s'en être rendu compte, le député l'a licenciée.

Saïd Boinali n'a plus confiance en ses collaborateurs

"Je ne connaissais pas Fatoumata, elle m'a été conseillée par le groupe parlementaire. Quand on travaille avec des personnes, on suppose qu'elles ont un minimum d'éthique. Après ces faits, je n'ai plus eu confiance en mes collaborateurs." Le parlemantaire assure que l'élue a tout remboursé. "Cette transaction a été décidée par nos avocats respectifs", a-t-il déclaré.

À  lire aussiFrançois Fillon : sa liaison trouble avec un milliardaire libanais

Publicité
Le maire d'Evry, où travaillait l'élue, lui a retiré sa délégation d'adjointe. "Je n’ai aucune raison de revenir sur ma décision. Après, si elle souhaite revenir vers moi, je la recevrai" a-t-il confié. Le président du groupe socialiste, David Ros, ne ferme pas les portes à la jeune femme : "Il ne s’agit pas d’une condamnation à de la prison ferme, il n’y a pas d’inscription sur le bulletin n° 2 du casier judiciaire et il n’y a plus de poursuite de la part de la victime. Si elle le désire, elle pourra réintégrer le groupe", a-t-il expliqué. 

En vidéo sur le même thème : "Fillon a manifestement un problème de relation avec l’argent", pour Philippot