Lundi, le président du conseil départemental (Les Républicains) des Alpes-Maritimes a recommandé la pratique de ces tests controversés sur certains migrants qui affirment être mineurs.

Eric Ciotti était en déplacement lundi au poste frontière de Menton dans les Alpes-Maritimes pour rendre visite aux agents de la police de l’air et des frontières qui doivent faire face à l’afflux toujours plus important de clandestins. Cette visite a eu lieu au lendemain de la décision de la région de réquisitionner un internat de la ville pour accueillir les migrants mineurs, comme le rapporte Nice Matin.

"De jeunes adultes peuvent aisément se faire passer pour des mineurs et ainsi usurper le système"

Le président du conseil départemental recommande que "soient effectués des test osseux sur les migrants dont l'âge serait sujet à débat. Car il est très difficile, dans certains cas, d'évaluer l'âge des personnes et de jeunes adultes peuvent aisément se faire passer pour des mineurs et ainsi usurper le système". Ajoutant qu’il "s’agit là d’une procédure tout à fait légale inscrite dans le droit de la République".

Le député des Républicains a tiré "un signal d’alarme" affirmant qu’il y a "168 mineurs isolés récupérés et pris en charge depuis le début du mois de juin quand il y en avait eu 174 pour l'ensemble de l'année 2014". "Le phénomène des vagues de migrants successives venues d'Afrique y est pour beaucoup et aujourd'hui le conseil départemental qui gère cette situation d'urgence voit ses services en grande difficulté", a-t-il poursuivi.

Lire aussi - Pour Éric Ciotti, la France est devenue "le maillon faible" en Europe contre l'immigration clandestin

Avant de déclarer : "Je demande à l’État de prendre ses responsabilités et d'aller plus loin que la simple réquisition d'un internat à Menton". "L'Etat italien refuse désormais de réadmettre les mineurs isolés étrangers au motif que cette réadmission n'est pas prévue dans le cadre des accords de Schengen", a précisé Eric Ciotti.

Lire aussi - Fou rire à l’Assemblée après la surprenante riposte de Taubira à Ciotti

Publicité
Les tests osseux sont déjà pratiqués sur des migrants dans les zones de rétention. Il s’agit d’une radiographie du poignet. Toutefois, ces tests sont peu fiables, la marge d’erreur étant d’environ deux ans. Cette proposition suscite déjà de nombreuses polémiques de la part des détracteurs d’Eric Ciotti qui n’hésitent pas à mentionner les origines italiennes du député de droite.

Vidéo sur le même thème : Quand Taubira fait rire toute l'Assemblée nationale aux dépens d'Éric Ciotti