Avec ses propos sur "la race blanche", Nadine Morano est au centre des critiques. Le président des Républicains souhaiterait lui retirer l’investiture du parti aux régionales.

Est-ce la fin d’une idylle de plus de 20 ans entre Nadine Morano et Nicolas Sarkozy ? Depuis sa sortie polémique dans l’émission On n’est pas couché, sur France 2 samedi dernier, l’eurodéputé doit en effet affronter les attaques de ses collègues Républicains et surtout la colère du premier d’entre eux.

"Elle est complètement barrée", aurait lancé Nicolas Sarkozy à l’adresse de Nadine Morano, selon des propos rapportés sur Twitter par Dominique Tenza, journaliste politique à RTL. Le président des Républicains a ensuite demandé mercredi à cette dernière le retrait de son investiture aux élections régionales dans la Meurthe-et-Moselle.

"Nicolas Sarkozy, je le dézinguerai !"

Réponse du tac au tac de la principale intéressée dans le Point : "Nicolas Sarkozy, ce n’est même pas la peine qu’il songe à se présenter à la présidentielle, je le dézinguerai !" La guerre est déclarée, selon Nadine Morano qui déclare ensuite : "Je ne fais pas de politique pour quelqu'un, je fais de la politique pour les Français et pour des idées. Si l'on me tombe dessus c'est évidemment parce que j'ai candidaté à la primaire de 2016. C'est un exercice politique où il faut abattre un à un ses adversaires : le carnage a commencé."

A lire aussi Nadine Morano menace Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a même demandé à Nadine Morano de s’excuser publiquement dans une lettre, selon RMC. "Une lettre de quoi ? Je n'ai pas à m'excuser de quoi que ce soit.", a-t-elle fait entendre.

La plus fidèle des sarkozystes

Cette rupture est d’autant plus brutale que Nadine Morano était la plus fidèle des sarkozystes, et ce avant, pendant, et après son entrée au gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Comme le relate le Figaro, l’eurodéputé a rencontré Nicolas Sarkozy au début des années 2000 lorsque ce dernier voulait prendre la tête de l’UMP. Ce sera chose faite en 2004, et Nadine Morano deviendra la porte-parole du parti en préparant la victoire présidentielle de Nicolas Sarkozy. Sitôt celui-ci élu, cette dernière est nommée secrétaire d’Etat chargé de la Famille et défend notamment les discours controversés du président à Grenoble ou à Dakar.

Publicité
En 2012, suite à la défaite de celui qui deviendra à nouveau président de l’UMP (puis des Républicains), elle continue de défendre son bilan mais se retrouve désappointée de ne pas apparaître dans son nouveau dispositif. C’est à ce moment-là que leur situation se dégrade, et début 2015, contre toute attente, Nadine Morano décide de se présenter à la primaire des Républicains. La bataille interne qui se déroulera fin 2016 risque donc de faire des étincelles.

Vidéo sur le même thème : Le cas Morano embarrasse les Républicains