Selon les informations des Echos, le plafonnement de l’Impôt sur la fortune voulu par François Hollande est plus coûteux pour l’Etat que l’ancien bouclier fiscal mis en place pendant le mandat de Nicolas Sarkozy. Plus de détails.

Un pavé dans la marre. Lundi, Les Echos ont révélé que, contre toute attente, le plafonnement de l’Impôt sur la fortune (ISF) instauré par l’actuel gouvernement socialiste coûte en réalité plus cher à l’Etat que le bouclier fiscal mis en place par Nicolas Sarkozy pendant son mandat et abandonné en 2011. En effet, selon les informations du journal, le plafonnement de l’ISF a coûté 926 millions d’euros à l’Etat en 2014. Un coût en hausse de 27% par rapport à celui de l’année précédente et surtout, qui dépasse de plus 300 millions d’euros celui du bouclier fiscal. Toujours d’après le quotidien économique, ce dernier se situait entre 600 et 700 millions d’euros chaque année.

La revanche du bouclier fiscalEn 2014, 8.872 contribuables (3% des redevables de cet impôt) ont profité du plafonnement de l’ISF. Un chiffre en baisse selon "Les Échos" qui indiquent toutefois que "le montant restitué lui augmente (104.415 euros en moyenne)". Ainsi, le bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy était en réalité moins coûteux pour l’Etat et moins avantageux pour les gros patrimoines que le plafonnement de l’ISF de François Hollande. Un constat quelque peu surprenant.

Publicité
"Voilà qui ne manque pas de sel. Sous un gouvernement de gauche, il apparaît que le plafonnement de l’ISF – qui prévoit qu’un contribuable ne peut pas payer en impôts plus de 75% de ses revenus de l’année –, aura coûté plus cher à l’État en 2014 que feu le bouclier fiscal (à 50 %) honni de Nicolas Sarkozy", souligne d’ailleurs l’éditorialiste Étienne Lefebvre dans le journal.

En vidéos sur le même thème : Comment éviter l’ISF ?

Publicité
Publicité