Le bruit court non seulement qu’un remaniement pourrait avoir lieu plus tôt que prévu mais aussi, et surtout, que le ministre de l’Economie pourrait en profiter pour rendre son tablier. Plus de détails. 

Isolé de ses collègues, souvent recadré par ses hiérarchie et en même temps très populaire dans les sondages, Emmanuel Macron aurait des envie d’ailleurs. C’est en tout cas le bruit qui court actuellement et dont Le Parisien se fait l’écho ce lundi. Citant plusieurs proches du ministre de l’Economie, le quotidien rapporte que "le chouchou des sondages" en aurait assez du traitement qui lui est réservé au sein de l’équipe de Manuel Valls.

A lire aussi – Emmanuel Macron : découvrez le surnom (peu flatteur) que lui attribue Laurent Fabius

"Valls veut pousser Macron vers la sortie""S'il ne dit mot, Macron bouillonne", écrit le journal qui cite également un de ses proches à propos du difficile passage de la loi Macron l’été dernier : "Une manip de Valls pour le priver d’une victoire". Outre ses relations tendues avec le chef du gouvernement, le patron de Bercy ne supporterait plus les recadrages infligés par l’exécutif. "Valls ne peut plus le voir en peinture", aurait ainsi lâché un ministre, tandis qu’un autre aurait expliqué qu’en coulisses, le Premier ministre le critique ouvertement. "Valls veut pousser Macron vers la sortie", aurait par ailleurs soufflé un autre membre du gouvernement. Et il semblerait qu’il y soit presque parvenu.

A lire aussi – Brigitte et Emmanuel Macron : pourquoi leur couple fait-il tant jaser ?

Publicité
Un départ d’ici la fin du mois ? En effet, l’ancien banquier d’affaires envisagerait de profiter du prochain remaniement pour quitter le gouvernement. D’après Bruno Le Roux sur Radio J, la composition de l’équipe de Manuel Valls devrait être revue plus tôt que prévue, d’ici la fin du mois de janvier. Une option qui séduirait non seulement le Premier ministre et le ministre de l’Economie mais aussi le président de la République. D’un côté, l’exécutif voudrait en effet en profiter pour faire revenir les écologistes et "gauchiser" sa politique, tandis que de l’autre, le successeur d’Arnaud Montebourg voudrait saisir l’occasion de se sortir d’une situation qu’il ne supporte plus. Un scenario d’autant plus crédible qui si auparavant François Hollande montait souvent au créneau pour défendre Emmanuel Macron, aujourd’hui il n’intervient plus en sa faveur. A l’Elysée, le ministre "n’est plus en odeur de sainteté", aurait expliqué un proche de chef de l’Etat, avant de résumer : "Il (Emmanuel Macron) n’a aucune troupe, aucun courant, rien. Il finira comme Villepin".

En vidéo : quand Emmanuel Macron croise une fan sur les Champs Elysées