Emmanuel Macron et le chamboule-tout

La constitution du parti d'Emmanuel Macron est innovante et intéressante.

La méthode d'abord. Un appel de candidatures large et crédible : plus de quinze mille réponses. Une sélection assurée par une équipe d'investiture motivée : c'est plus sécurisant qu'un tirage au sort même s'il y aura probablement quelques couacs.

Choisir des membres de la société civile qui ont fait leurs preuves dans leur domaine n'est pas une idée nouvelle. Cela permet d'avoir des députés qui savent de quoi ils parlent sur des sujets concrets. De plus, cela rassure les professionnels : ils se disent qu'ils sont valablement représentés et qu'ils ont un interlocuteur compétent. Le résultat n'est pas toujours à la hauteur des espérances mais aucun mécanisme n'est parfait.

Ce qui est nouveau, dans le fonctionnement d'En Marche !, c'est le caractère massif de cet appel au peuple. Si on pense que les places encore disponibles seront attribuées à des professionnels de la politique, monsieur Macron peut espérer être soutenu par un parti constitué, pour moitié, desdits professionnels et, pour l'autre moitié, de députés représentatifs du peuple de France. Cela paraît assez sain.

L'attitude adoptée vis-à-vis de Manuel Valls me semble pertinente et politiquement astucieuse. Je suis surpris par la désapprobation de François Bayrou. Benoît Hamon fait plus gamin que jamais. Marine Le Pen a tout intérêt à adopter un profil bas en attendant la fin de la tempête : comme le sait tout bon navigateur, le soleil reviendra un jour.

Je comprends les hésitations des adeptes du centre droit. Comme disait Françoise Giroud : "Sept ans – cette fois-ci c'est cinq ans – c'est long". Qui plus est, refuser les avances de Emmanuel Macron c'est parier sur son échec, ce qui n'est pas très motivant. Le vin est tiré, il faut le boire, en espérant, ou en faisant en sorte, qu'il soit le meilleur, ou le moins mauvais, possible.

Cela veut-il dire que je suis rassuré ? Non. J'attends les actes. Et si Emmanuel Macron échoue, pour les centristes qui l'auront suivi ce sera la chute en enfer.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité