Une campagne présidentielle coûte très chère. Pourtant, sans parti, le candidat du mouvement "En Marche !" réussit à multiplier les déplacements et organiser des meetings.

On le sait, une campagne présidentielle coûte chère, très chère. Et même si les candidats qui font au moins 5 % des suffrages sont remboursés par la suite, il leur faut tout d'abord avancer l'argent. Ainsi, le FN éprouve-t-il en ce moment des difficultés de financement car il n'arriverait pas à obtenir des prêts de la part de banques françaises. Quant aux Républicains et le PS, les deux partis ont obtenu une belle cagnotte grâce à l'argent donné par les votants aux primaires.

Aussi, la campagne d'Emmanuel Macron, à la tête seulement d'un jeune mouvement, "En Marche !", apparaît-elle tenir de l'exploit. En effet, celui-ci enchaîne les meetings - très coûteux - ainsi que les déplacements. Comment se finance-t-il alors ?

Seuls 3 % des dons dépasseraient 4 000 euros

Comme l'explique Bruna Basini, journaliste au JDD, Emmanuel Macron est un peu "un startupeur (de start-up, ndlr) de la politique". Au 1er janvier 2017, grâce à son mouvement fondé en avril 2016, il avait récolté 5 millions d'euros, grâce à 18 500 donateurs, et seuls 3% des dons dépasseraient 4 000 euros. Objectif à terme : "17 millions d'euros", selon la journaliste. "Il faut dire que le candidat multiplie les petits-déjeuners, dîners en ville, il va aussi sur les places où l'on trouve beaucoup d'expatriés (Londres, Bruxelles, Berlin, New York...)", explique-t-elle.

Publicité
Quel est le profil de ces donateurs ? "On peut l'imaginer, les milieux d'affaires qu'il connaît bien", avance-t-elle, tout en indiquant que les seuls dons ne suffiront pas à constituer une cagnotte suffisante pour la campagne. "Il est en train de négocier un prêt d'environ 8 millions d'euros", révèle-t-elle.

Vidéo sur le même thème : QG Bourdin 2017 : Emmanuel Macron et la transparence  1302 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité