Et si le président de la République devait prochainement renoncer aux ors de l’Elysée pour déménager dans bâtiment plus moderne et moins coûteux ? Plus de détails sur cette proposition faites par des candidats à la prochaine élection présidentielle et que François Hollande écarte. 

Avec ses 11 000 mètres carrés de superficie, ses 2 hectares de jardins et ses 300 pièces, bureaux et salon, l’Elysée s’impose certes comme une résidence privilégiée pour les présidents de la République mais aussi comme un très gros poste de dépenses pour les caisses de l’Etat. En effet, outre l’entretien quotidien de ce vaste palais, l’Etat doit également prendre en charge les importants travaux de rénovation que nécessite ce bâtiment construit au 18e siècle. "L'exigu hôtel d'Evreux, qui abrite le siège de la présidence depuis 1848, coûte en outre cher en entretien et restaurations. Qu'on songe à la complexité de faire cohabiter le dernier cri de la technologie avec les contraintes des architectes des Monuments historiques...", a écrit Le Parisien le weekend dernier.

A lire aussi – Elysée : les petits secrets du palais présidentiel

Plusieurs politiques sont pourLe quotidien a en effet publié un papier sur l'éventuelle fermeture de l’Elysée et le déménagement du palais présidentiel dans un autre bâtiment, plus moderne et surtout, moins coûteux. Une proposition faite par plusieurs candidats à la prochaine élection présidentielle. "Le palais est complètement déconnecté de la réalité", estime ainsi François Fillon, tandis que Bruno Le Maire aurait déjà un autre lieu en tête, toujours selon le journal. Avant eux, Charles de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand y avaient déjà pensé. Le premier voulaient déménager aux Château de Vincennes, tandis que les deux autres avaient songé aux Invalides, rappelle par ailleurs Challenges.

Publicité
François Hollande a finalement écarté l’idée d’un déménagement Une éventualité que François Hollande a lui aussi envisagée. "Lorsqu'il était jeune conseiller de François Mitterrand dans les années 1980,François Hollande se demandait si la gauche était compatible avec le faste de l'Elysée, son protocole sourcilleux, ses gardes républicains en épée et ses huissiers à chaîne d'argent" indique Le Parisien. Mais depuis qu’il a remporté la présidentielle de 2012, le socialiste a revu sa position. "Il s'accommode fort bien des fastes du palais. Il a même suggéré quelques aménagements", notamment dans les anciens appartements Bernadette Chirac. En privé, Iil écarterait même complètement l’idée de démnager le palais ou de regrouper tous les ministères dans un ensemble d’immeubles, croit encore savoir quotidien. 

En vidéo - "A l'Elysée, un temps de président" : les coulisses du Conseil des ministres

Publicité