Le candidat FN, Laurent Lopez, a gagné les élections cantonales partielles de Brignoles (Var) dimanche 13 octobre. Avec 53,9% des voix, il l’emporte face à Catherine Delzers (UMP).

© AFP

Les élections cantonales de Brignoles ont été remportées par un candidat FN, Laurent Lopez. Avec 53,9% des voix ce dernier gagne largement ce scrutin. La candidate UMP, Catherine Delzers, n’a pas su l’emporter malgré le soutien de la gauche. Le PS avait lui été éliminé dès le 1er tour.

Ce dimanche, la ville de Brignoles a su mobiliser son électorat. Le taux de participation était en hausse par rapport au 1er tour. 45,26% des citoyens de Brignoles sont venus voter pour les cantonales partielles, contre 33,40% des électeurs le 6 octobre dernier. Le candidat FN, Laurent Lopez, a récolté 5 031 voix, contre 4 301 pour Catherine Delzers. Le gagnant est arrivé premier avec 20 points d’avance, alors que le PS avait appelé à voter pour l’UMP au second tour.

"Un score sans ambigüité"

"Je pense à mes électeurs, à tous ces bannis, à ce peuple modeste. Je suis très heureux, c'est un score sans ambigüité" a déclaré Laurent Lopez après le scrutin. La députée FN Marion Maréchal-Le Pen, qui était à ses côtés, s'est dite "fière" du candidat de son parti : "Il a réussi malgré l'alliance UMP-PS", s'est-elle réjouie.

Marine Le Pen, présidente du Front national, a salué sur LCI, avant l’annonce des résultats "la victoire" du candidat FN. "C'est une belle victoire", a-t-elle exprimé au cours du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. La présidente de l'extrême droite a ajouté : "unis, les Français sont invincibles".

Un pas vers les municipales de mars 2014

L’objectif, aujourd’hui, de Laurent Lopez est de « conquérir la mairie » de Brignoles pour les municipales. Il s’agit d’"une première étape avant les élections municipales de mars 2014", a annoncé le candidat à la mairie de Brignoles. Il espère donc prendre la place du maire communiste actuel, Claude Gilardo.

La candidate UMP Catherine Delzers, qui a 20 points de retard sur son adversaire FN, "a fait le maximum pour mettre toutes les chances de (son) côté". Elle s'est dite "consciente du front républicain" auquel la gauche, éliminée dès le premier tour, a appelé autour de son nom, pour "faire barrage au FN".

"Une défaite pour la gauche"

Publicité
L'UMP a vu dans ces résultats la confirmation d'un "effondrement électoral de la gauche". Le PS a jugé qu'il s'agissait d'un "sévère avertissement", autant pour la gauche que pour la droite, appelant à "l'union" et au "rassemblement" dans la perspective des municipales. Mais pour François Fillon il s’agit "surtout [d’]une défaite de la gauche".

Le Front national "a fait le même score que d'habitude", nuançait cependant Cyril Omet, le responsable local du PS.

Le nouveau conseiller général, Laurent Lopez a, quant à lui, annoncé partir "à la conquête du département du Var".

Publicité