La question du droit de vote des étrangers a fait l’objet d’une “grosse engueulade” mercredi 30 janvier entre Christian Estrosi et le le député vert Jean-Vincent Placé sur Europe 1. Le député UMP n'a pas mâché ses mots...

Le maire de Nice, Christian Estrosi, était l’invité ce mercredi matin d’Europe 1 aux cotés du président du groupe écologiste au Sénat, Jean-Vincent Placé. Christian Estrosi ne s’est pas fait prier pour dire ce qu’il pensait du projet de loi de l’actuel gouvernement.  “Ce qui me révolte le plus c’est de donner le droit de vote à des personnes qui haïssent la France, qui détestent la laïcité, qui refusent nos lois!” a t-il lancé. Puis il a ajouté, en qualité de maire: “ Lorsque je vois ceux qui m’ont imposé de prendre une charte pour les futurs époux, de respecter l’hôtel de ville, le drapeau tricolore et Marianne lorsqu’ils veulent se marier et qu’ils viennent avec des drapeaux étrangers faire du tohu-bohu autour de ma mairie, je vois que c'est un comportement contre la République, contre la nation".

“Il est bien tôt pour entendre de telles âneries!”

Publicité
La réponse de Jean-Vincent Placé ne s’est pas fait attendre: “Il est bien tôt pour entendre de telles âneries!” a t-il rétorqué avant d’ajouter: "Il y a un million huit cent mille personnes concernées et vous pensez que tous ces gens-là haïssent la France ?”. Matignon a annoncé mardi 29 janvier que le dossier concernant le droit de vote des étrangers aux élections locales n’était pas “enterré” et que des initiatives seraient prises prochainement. Ce projet de loi concerne les étrangers non communautaires résidant légalement en France depuis au moins 5 ans. Cette mesure figurait en 50e position du programme de François Hollande.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :