Depuis qu’il a été élu à la tête du parti d’opposition, Nicolas Sarkozy s’attèle à en redresser les comptes. Aussi, n’hésite-il pas à faire des coupes budgétaires, quitte à rogner sur certains petits plaisir du quotidien.

Il leur serre la ceinture. Nicolas Sarkozy a repris les commandes de l’UMP en novembre dernier et avec, les dettes du parti. Ce dernier a en effet des comptes dans le rouge depuis que les comptes de campagne du "champion de la droite  ont été invalidés en 2013. Et même si un vaste appel aux dons avait alors été lancé, cela n’a pas suffi à faire rebasculer les comptes de l’UMP dans le vert. A la fin du mois de juin dernier, il lui restait encore 74,5 millions d’euros de dettes.

Si bien que depuis qu’il en a été élu président, Nicolas Sarkozy s’attèle à améliorer la situation. Et pour se faire, l’ex-chef d’Etat n’hésite pas à opérer de sérieuses coupes à tous les niveaux. Selon les informations de l’Obs repérées par Le Lab, il se serait récemment mis en tête de rogner sur les dosettes à café. Alors que jusqu’à présent tous les bureaux du parti disposaient de dosettes fournies par la direction, leurs membres devront désormais les acheter eux-mêmes. A noter, seul un bureau en aurait encore : celui de Nicolas Sarkozy.

Fini les factures à 10 000 euros de Rachida Dati

En décembre, l’ex-président de la République s’était déjà attaqué à d’autres dépenses superflues. Dans son viseur à ce moment-là : les factures téléphoniques exorbitantes de Rachida Dati, l’abonnement de Nadine Morano à l’AFP et le parc automobile de l’UMP.

Publicité
Des dépenses qui peuvent prêter à sourire mais qui, mises bout à bout, peuvent finir par faire économiser une coquette somme au parti. En arrêtant de payer les communications de son ancienne garde des Sceaux, Nicolas Sarkozy pourrait aider à faire passer la facture téléphonique de l’UMP de "300 000 euros par an à 70 000 euros", précisait Le Monde.

A voir sur le même thème : Argent des politiques : est-ce que la transparence est impossible ?

Publicité
Publicité