Depuis quelques jours, la presse essaie de retrouver le membre du gouvernement qui a proposé (anonymement sur France Info) une alliance PS/Les Républicains pour les régionales.

La chasse au ministre anonyme est-elle sur le point de se terminer ? Depuis quelques jours, le landerneau médiatique traque en effet le ministre qui, sous couvert d’anonymat, a proposé sur France Info que le PS et Les Républicains s’unissent entre les deux tours des régionales pour contrer le Front national.

Une proposition d’autant plus étonnante que le patron des socialistes, Jean-Christophe Cambadélis, l’a rejetée ces derniers temps à maintes reprises, arguant du rapprochement idéologique entre la droite et le FN, selon lui.

A lire aussiRégionales : un ministre anonyme pointé pour avoir proposé une alliance avec la droite

Un ministre avec un nom composé

Les ministres se sont alors eux aussi pris au jeu de retrouver "la taupe" qui parlerait anonymement à la presse, en vain. Le fin mot de l’histoire pourrait cependant revenir aux députés frondeurs du PS qui ont livré quelques indices au journaliste Cyrille Eldin, du Grand Journal de Canal +.

Premier interrogé, le député Laurent Baumel qui commence par donner des pistes : "Quelque chose me dit que tout le monde sait qui c’est. Un ministre qui aime bien les provocations, qui aime bien mettre un peu le feu. C’est un nom composé."

"Ah bah c’est peut-être ça oui…"

Publicité
Le journaliste demande alors si ce n’est pas Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense : "Pas forcément…", lui répond le parlementaire. Et Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement ? : "Ah bah c’est peut-être ça oui. Je n’ai pas la preuve. Ce que je dis c’est que ça lui ressemble mais comme c’est anonyme, on n’a pas la preuve.", lui glisse le frondeur socialiste.

Le journaliste de Canal + va ensuite voir un autre frondeur, François Lamy, lui demandant où est Jean-Marie Le Guen. Le député lui rétorque ironiquement : "Le ministre influent et anonyme ?"

Vidéo sur le même thème : Thomas Guénolé : "Le front républicain est mort"