Poussé à la démission par les ténors de son parti mardi, Jean-François Copé a ensuite assuré sur le plateau du JT de TF1 qu’une "page se tournait" et qu’il ferait désormais "de la politique autrement". Celui qui n’a jamais caché ses ambitions présidentielles a-t-il l’intention d’abandonner son doux rêve ou bien, au contraire, se prépare-t-il toujours à y accéder un jour coûte que coûte ?

©AFP

AFP

Actuellement acculé, Jean-François Copé envisage-t-il toujours de poser un jour ses valises à l’Elysée ? En pleine tourmente à cause de l’affaire Bygmalion, le président de l’UMP a en effet été contraint de donner sa démission mardi, violemment poussé sur cette voie par les ténors de son parti. Il devrait ainsi quitter ses fonctions le 15 juin prochain. Une décision  difficile à prendre et qui, en plus d’annoncer une traversée du désert pour le député-maire de Meaux, semble également sonner le glas de ses ambitions présidentielles.

"Vous venez d’assister au mariage du futur président !"Depuis ses débuts en politique dans les années 1990, Jean-François Copé ne s’est jamais caché de fomenter le doux rêve d’accéder un jour à l’Elysée. "Vous avez de la chance, vous venez d'assister au mariage du futur président !", aurait-il lancé à ses invités le jour de son mariage en 1991, croit savoirTF1. Si bien que toute sa carrière dans cet univers n’a tournée qu’autour de cet objectif. Et dans cette course à la présidence de la République, Jean-François Copé a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de sa mère, Monique. Depuis quelques années, tous les 5 mai, jour de l’anniversaire de son fils, celle-ci lui confectionne même un gâteau en forme de palais de l’Elysée, rapporte Le Monde. Une attention qui, même si Jean-François Copé feint à chaque fois l’exaspération devant ses amis, doit certainement le toucher. "Il est souvent jugé cassant mais c'est un pudique et un grand affectif", a en effet souligné un jour Christian Jacob.

Publicité
"Il remonte toujours à cheval"Et si Jean-François Copé est tel que son ami le décrit, il ne fait nul doute que sa descente aux enfers née des révélations du Point en février dernier et accentuée cette semaine par les aveux de son bras droit Jérôme Lavrilleux l’a profondément affecté. "Je traverse une épreuve personnelle (…) une partie du ciel m’est tombée sur la tête", a-t-il d'ailleurs confié mardi soir sur le plateau de TF1, soit quelques heures après l’annonce de sa démission. Des "collaborateurs ont abusé de la ma confiance (….) j’ai découvert tout cela il y a une dizaine de jours", s’est-il également défendu avant d’appeler les Français et les militants de l’UMP à "ne pas douter de son intégrité" car celle-ci "est totale". Laissant planer le doute quant à ses intentions, Jean-François Copé a poursuivi son intervention en annonçant qu’il ne comptait pas mettre fin à sa carrière et envisageait désormais de la faire "de la politique autrement". Il "remonte toujours à cheval", a quant à lui assuré un de ses proches à TF1.

Vidéo sur le même thème - Jean-François Copé : "C'est une page qui se tourne"

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité