Ce juriste de 56 ans, proche de Manuel Valls, était jusqu'à mardi soir, le président de la Commission des Lois de l'Assemblée.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a donné sa démission au président de la République, ce mercredi matin. Pour lui succéder à ce ministère à hauts risques, François Hollande a nommé le Breton Jean-Jacques Urvoas.

Jean-Jacques Urvoas était, jusqu’à mardi soir, le président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale. Depuis la semaine dernière, il était chargé de trouver une solution à la réforme constitutionnelle de la déchéance de nationalité, à laquelle Christiane Taubira s'était fermement opposé à plusieurs reprises.

A lire aussi-Christiane Taubira démissionne du gouvernement

A partir d’aujourd’hui, c’est à lui que revient la lourde charge de défendre, "aux côtés du Premier ministre, la révision constitutionnelle" et la préparation du "projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé et la réforme de la procédure pénale", a annoncé l’Elysée dans un communiqué

Un "candidat naturel à démerder l’indémerdable"

Manuel Valls lui avait demandé, mi-janvier, de trouver un compromis a priori impossible entre majorité, exécutif et opposition sur la déchéance de nationalité. Il a fini par devenir le "candidat naturel à démerder l’indémerdable", a confié un socialiste au journal Le Monde. Une compétence qui a fait pencher la balance en sa faveur.

A droite, le sénateur Jean-Pierre Raffarin évoque sur Twitter un "homme de grande qualité" et Georges Ferech, député Les Républicains, approuve sa nomination au micro de BFMTV : "M. Urvoas était le meilleur choix possible car c’est un grand juriste". A gauche, Richard Ferrand, autre député PS breton, le qualifie de "rigoureux", "méthodique" et "astucieux".

Juriste, auteur et professeur

Proche de Manuel Valls, il était le président PS de la Commission des lois de l'Assemblée nationale, député PS du Finistère et spécialiste des questions juridiques, judiciaires et de sécurité au Parti socialiste entre 2009 et 2012.

Le nouveau ministre de la Justice a été professeur de droit à la faculté de Brest, et a également donné des cours à Rennes. Il a aussi été maître de conférences en droit public à l’Université de Bretagne Occidentale.

Publicité
Ce Breton de 56 ans est notamment l’auteur de Manuel de survie à l’Assemblée nationale, L’art de la guérilla parlementaire, et d'Onze propositions chocs pour rétablir la sécurité dans lequel il proposait la fusion des ministères de l’Intérieur et de la Justice.

Vidéo sur le même thème : Mariton (LR) : "Il y a une cohérence à ce que Christiane Taubira démissionne"