Si les députés ont été contraints de publier leur déclaration d'intérêt à la demande de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, nombreux sont ceux qui, selon Mediapart, embauchent des proches aux frais de l'Assemblée.

Si les déclarations d’intérêts des députés ne manquent pas de pépites, celles-ci révèlent une pratique qui semble aller bon train dans la vie politique hexagonale. C’est le site d’investigation Mediapart(article payant) qui, en épluchant ces déclarations, révèle comment les parlementaires ont tendance à salarier un ou plusieurs membre(s) de leur famille.

Comme dans le monde de l’entreprise, on y trouve différents types de régime. Ainsi, par CDI, CDD, temps partiel ou temps plein, les épouses, fils et filles de députés sont nombreux à se faire rémunérer par l’Assemblée nationale. Et le nombre de ceux qui y ont recours est accablant.

"Au moins 115 députés"

Selon les déclarations des députés croisées avec les informations du site, "au moins 115 députés (sur 577) ont salarié un membre de leur famille". L’argent de l’Assemblée a donc, au bas mot, servi à rémunérer des proches d’au moins 20% des députés.

>>Lire aussi : Déclaration d’intérêts : quand Patrick Balkany oublie son épouse, Isabelle

Publicité
Fait intéressant, si certains à l’image de Patrick Balkany "oublient" de faire figurer leur épouse dans la déclaration, la plupart des députés omettent de préciser le lien familial qui les unit à certaines personnes employées dans le cadre de leur mandat. Autre feinte décelée par Mediapart, l’omission des "CDD d’été" accordés à des proches. Le site prend en exemple le député socialiste Patrick Lemasle qui a recruté sa deuxième fille pour une période saisonnière de juin à juillet 2014 sans que cela ne soit mentionné dans la déclaration d'intérêts.

Une pratique bien française

Comme le rappelle le site d’investigation, cette pratique est interdite au parlement Européen depuis 2009 et ce, dans le but de prévenir… les conflits d’intérêts. Souvent les "fils et filles de" sont recrutés en raison de leurs qualifications qui peuvent correspondre au poste de collaborateur parlementaire. En effet, fraîchement diplômés de Sciences Po ou de Droit, certains enfants de parlementaires ont sur le papier des arguments qui excusent le seul critère de la filiation.

>>Lire aussi : Nadia Copé rémunérée par l’Assemblée nationale depuis six ans

En revanche, certains profils, relevés par Mediapart ont de quoi interroger. On citera pour exemples l’épouse de Bruno Le Maire (artiste-peintre) employée jusqu’à 2013 ou encore la fille de Jean-François Mancel (UMP), actrice semblant "avoir trouvé à l'Assemblée un job alimentaire" selon nos confrères.

En imagesDéclaration des intérêts : les pépites des parlementaires

Les pépites des déclarations d'intérêts des parlementaires

La Haute autorité pour la Transparence de la vie publique (HATVP) a rendu public ce jeudi les déclarations des intérêts des 900 parlementaires français. Ces derniers devaient divulguer l’ensemble de leurs implications dans les entreprises et les associations ainsi que leurs postes et leurs rémunérations. Pour l’occasion, Planet.fr a réuni la sélection...

Avocat, Jean-François Copé gagne plus de 300 000 euros

L'ex-président de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré gagner plus de 300.000 euros en tant qu'avocat. Le maire de Meaux a également fait savoir que sa femme, Nadia Copé, travaille avec lui en tant que conseillère parlementaire.

François Fillon aime animer des conventions de conseil

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon, a inscrit dans sa déclaration d'intérêts des conférences de conseils via la société EURL 2F Conseil. Il ainsi perçu 70 000 euros en 2012 et 142 000 euros en 2013.

Le salaire d’Henri Guaino comme conseiller spécial de Sarkozy révélé

La déclaration d'Henri Guaino a permis de rendre public son salaire de conseiller spécial du président Sarkozy. Le député des Yvelines avait un salaire évalué à 17 851 euros net mensuel, primes et traitements compris.

Plus de 600 000 euros pour Serge Dassault

Le doyen du clan Dassault, Serge, sénateur-maire de Corbeil-Essonnes déclare avoir perçu plus de 637 000 euros annuel via les différentes entreprises qu'il préside. Son fils, Olivier également sénateur a, quant à lui, touché un peu plus de 300 000 euros.

L’antisystème, Gilbert Collard touche quasiment 400 000 euros

Le député Front National, Gilbert Collard a déclaré toucher environ 333 000 euros par an à l'aide de son cabinet d'avocats Collard et associés.

Jean-Claude Gaudin, le maire très (trop) occupé de Marseille

Le sénateur-maire de Marseille (Bouches-du-Rhônes) Jean-Claude Gaudin a déclaré beaucoup d'activités non-rémunérées, en plus de son importante fonction à la municipalité et sa participation à la collectivité territoriale marseillaise.

Patrick Balkani obtient 14 500 euros pour un livre

Le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany a déclaré avoir perçu en 2008, 2009 et 2010 4750 euros -soit un total de 14 500 euros- pour son livre intitulé "Une autre vérité, la mienne", paru aux éditions Michel Lafont en 2010. Cherchez l'erreur...

Eric Jalton est désespéré à l’image de sa déclaration

La déclaration a été fastidieuse à remplir pour le député Eric Jalton, lequel semble subir d'importantes pertes dans le cadre de son "temps très partiels" au sein de son cabinet de chirurgien dentiste.

Sophie Joissains cumule les mandats grâce à sa mère

La sénatrice Sophie Joissains a déclaré être 'adjointe délégué à la politique de la ville" dans la ville d'Aix-en-Provence où sa mère a été élue. Maryse Joissains est impliquée dans plusieurs affaires de conflits d'intérêts. Elle a même été mise en examen pour "prise illégale d'intérêts" dans le cadre d'emplois de complaisance au sein de la mairie d'Aix.

Autres diaporamas

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité