Nommée ministre du Logement la semaine dernière, Emmanuelle n’a pas l’intention de renoncer à son poste de conseillère régionale d’Ile-de-France. Refusant de parler de cumul des mandats, l’écologiste a une manière bien à elle de présenter les choses.

Le 11 février dernier, Emmanuelle Cosse était nommée ministre du Logement. A 41 ans, l’écologiste à la tête d’Europe-Ecologie-Les Verts intégrait ainsi le gouvernement. Mais alors que le président François Hollande refuse que les membres de l’équipe gouvernementale cumulent les mandats, la nouvelle venue n’a pas l’intention de renoncer à son poste de conseillère régionale d’Ile-de-France. Une position qui commence à faire jaser mais que la ministre a défendue jeudi devant les caméras de BFM TV.

Emmanuelle Cosse joue sur les mots"Je suis opposée au cumul des mandats, dans le temps et en nombre", a-t-elle d’abord réaffirmé, avant d’expliquer : "Je pense notamment qu’il n’est pas possible d’assumer une vraie place dans un exécutif d’une collectivité quand on est parlementaire". Et la ministre d’ajouter à propos de son propre cas : "Mais là vous parlez de cumul des fonctions, et moi je vais continuer à être une élue locale d’opposition". Une pirouette qui a visiblement convaincu ses collègues à la majorité. Egalement interrogé par la chaîne d’information en continu, Carlos Da Silva, le député PS de l’Essonne a en effet estimé : "elle garde un mandat simple d’opposition de base, chacun sait qu’être ministre n’est pas une mission durable par essence, par conséquent elle a raison de garder ce mandat".

Publicité
"Emmanuelle Cosse, le mois dernier, elle donnait beaucoup de leçons ici, à beaucoup de gens", a de son côté souligné le député LR des Hauts-de-Seine, Thierry Solère, pour railler la manière dont l’écologiste a retourné sa veste depuis qu’elle a intégré l’équipe de Manuel Valls.

En vidéo - Emmanuelle Cosse partie, la fin d'EELV ? 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité