Vidéos A la une
Fidel Castro sort de silence, une semaine après la visite du président américain à Cuba. Dans une lettre intitulée Le frère Obama, le Líder Maximo affiche sa rancoeur vis-à-vis de l'ancien ennemi de la Guerre froide : 'Nous n'avons pas besoin que l'empire nous fasse des cadeaux de quoi que soit', écrit-il. Puis d'ajouter : 'Nous sommes capables de produire des aliments et les richesses dont nous avons besoin grâce aux efforts et à l'intelligence de notre peuple.' Le père de la révolution cubaine fustige les 'paroles sirupeuses' prononcées par Barack Obama lors de son séjour à Cuba, destiné à sceller le rapprochement diplomatique entamé entre les deux pays. Dans son discours, le président américain avait notamment défendu avec force la liberté d'expression pour tous les Cubains. Le nom de Fidel Castro, qui fêtera bientôt ses 90 ans, n'avait pas été cité durant cette visite historique, la première d'un président américain sur l'île en près d'un siècle.
Publicité