Pour le ministre de l’Economie, le jeu du Front National serait semblable à celui de Syriza mais en version "française, d’extrême droite". Explications.

Le Front National et Syriza auraient plus de points communs qu’il n’y paraît. C’est en tout cas que ce que pense Emmanuel Macron. Le parti présidé par Marine Le Pen est "une forme de Syriza à la française, d’extrême droite", a-t-il déclaré lundi en marge d’un déplacement à Marseille. Selon le ministre de l’Economie, il existerait une sorte de "coagulation des contraires" entre l’extrême droite et l’extrême gauche. "Qui adore Syriza chez nous ? M. Mélenchon et Mme Le Pen. Avec qui s'allie M. Tsipras en Grèce ? Avec son extrême droite souverainiste", a-t-il ajouté, comme on peut le constater sur une vidéo mise en ligne par La Provence.

A lire aussi – Referendum grec : pourquoi les extrêmes français sont ravis ?

Publicité
"Ces populismes sont le même symptôme d'un même mal"Poussant la comparaison encore plus loin, Emmanuel Macron a également fait un parallèle entre les manières, pour les "partis démocratiques", de concurrencer ces extrêmes. "Ces populismes sont le même symptôme d'un même mal, qui est l'incapacité des partis démocratiques à apporter une réponse crédible, visible, forte. Et donc notre première responsabilité, ça n'est pas stigmatiser les électeurs, c'est de leur apporter des réponses fortes, visibles, concrètes, de leur expliquer ce que l'on fait, de leur donner du sens, d'assumer nos choix dans toutes leurs dimensions", a-t-il expliqué.

Vidéo sur le même thème - EU : les conséquences économiques du vote grec