Malgré l’annonce d’un plan d’urgence, la crise des éleveurs se poursuit en France et le ministre de l’Agriculture se retrouve sous le feu des critiques. Mais que lui reproche-t-on exactement ?

Stéphane Le Foll fait actuellement l’objet de vives critiques. Porte-parole du gouvernement et ministre de l’Agriculture il se retrouve un milieu de la crise des éleveurs. Une situation délicate que le gouvernement a tenté de calmer mercredi en présentant un plan d’aide à hauteur de 600 millions d’euros. Mais ces mesures ont été jugées insuffisantes par les éleveurs qui se disent "déçus" de la manière dont leur cas est traité.

La droite demande un "ministre digne de ce nom"S’emparant du sujet, l’opposition a de son côté dénoncé le temps que le ministre a pris pour réagir. Stéphane Le Foll "passe son temps rue de Solferino" à s’intéresser davantage aux affaires du PS qu’à celle du monde agricole, a en effet raillé Christian Jacob mercredi à l’Assemblée. Dénonçant une "mascarade "et une "fumisterie", le président du groupe Les Républicains a même appelé au remplacement de Stéphane Le Foll par "un ministre digne de ce nom".

A lire aussi - Manuel Valls s'emporte contre Christian Jacob

Mercredi, Stéphane Le Foll a d’abord refusé de se rendre à Caen où les éleveurs lui demandaient pourtant de venir, avant de faire volte-face, rappelle Le Parisien. Et le journal de préciser que si le ministre y est allé avec un plan d’urgence en poche, il a refusé de "désigner ceux qui ne rémunèrent pas les éleveurs au juste prix". Une attitude critiquée au sein de son propre camp. "Il aurait dû aller jusqu’au bout, ça brouille notre message de fermeté vis-à-vis de ceux qui ne jouent pas le jeu", a regretté un député cité par le quotidien.

Un ministre "débordé, emporté par les évènements"L’entourage de Stéphane Le Foll assure pourtant qu’il est très concerné par ce dossier et ce, depuis un petit moment. "Ca fait des mois qu’il alerte tout le monde sur des crises multiples du monde agricole", a affirmé l’un de ses proches amis dans les colonnes du Parisien. Selon lui, le ministre se serait ensuite retrouvé "débordé, emporté par les évènements". Aujourd’hui, "s’il dort cinq heures par nuit, c’est le maximum", a rapporté cette même source.

Publicité
Hollande à son secoursFace à cette situation, et pour soutenir son ministre dans la tourmente, François Hollande aurait décidé de modifier son agenda. Le président se rendra ainsi ce jeudi à Dijon pour défendre le plan d’urgence face aux responsables agricoles. Le chef de l’Etat aurait même fait l’éloge de Stéphane Le Foll mardi. "C’est une ministre solide (…) il devenu au fil du temps incontournable", a-t-il déclaré aux ténors du PS lors d’un dîner à l’Elysée, croit savoir le Parisien.

Vidéo sur le même thème - Eleveurs en colère : "600 millions de report de charges, ce n'est pas suffisant"