Un coup de feu aurait retenti la semaine dernière à l’Elysée en l’absence de François Hollande. Aucun rapport d’incident n’aurait cependant été fait.

Grosse frayeur à l’Elysée la semaine dernière. Selon les informations du Point (article payant) un coup de feu a retenti à la semaine dernière dans l’enceinte du Palais présidentiel. Peu relayé par les médias, l’incident n’aurait pas fait de blessé mais provoqué un vent de panique chez les personnes alors présentes. Affolés, le personnel et les conseillers présidentiels auraient ensuite alerté les gendarmes en charge de la sécurité  à l’intérieur de l’Elysée. "Le plan Vigipirate renforcé mis en place après les attentats de janvier étant toujours en place, ils ont craint un attentat en plein coeur du pouvoir", rapporte l’hebdomadaire.

Le rapport d’incident n’aurait pas été fait

Les gendarmes auraient rapidement découvert l’origine de ce coup de feu. Un policier de la garde présidentielle aurait accidentellement tiré avec son arme de service et ce, malgré la double sécurité. "La balle provenait d’un Glock 26, a ricoché puis s’est logée dans un mur qu’elle aurait pu traverser", détaille Le Point qui précise également que le chef de l’Etat était absent du Palais au moment des faits. Mais alors qu’en de telles circonstances, un rapport d’incident doit être rédigé par l’auteur du coup de feu, celui-ci ne l’avait toujours pas été dimanche.

Publicité
"La sécurité de François Hollande est très critiquée par les professionnelles de la question", souligne par ailleurs le magazine qui rappelle que le 7 janvier dernier, jour de l’attentat à Charlie Hebdo, le président s’est rendu sur place avant même que les lieux soient sécurisés.

Vidéo sur le même thème  - Philae, la chienne du président, provoque "un drame" à l'Elysée

Publicité
Publicité