Le président des Républicains s'est prêté mercredi au jeu des questions-réponses avec des internautes sur sa page Facebook. Découvrez un résumé de ses réponses très personnelles aux questions les plus surprenantes... 

Pendant près d'une heure mercredi, Nicolas Sarkozy s'est prêté au jeu des questions-réponses avec ses "amis" Facebook. L'ancien président de la République a répondu par écrit aux nombreuses questions de ses partisans, certaines étaient même très surprenantes. Il a néanmoins fait une exception lorsqu'une des internautes lui a demandé si c'était bien lui qui répondait. Nicolas Sarkozy lui a alors répondu en vidéo.

L'ancien chef de l'Etat s'est totalement pris au jeu et n'a esquivé aucune question. Il a notamment donné son avis sur la politique du candidat républicain aux primaires américaines, Donald Trump. "J'ai un sentiment très mitigé s'agissant de Donald Trump. D'un côté on est effrayé par ce qu'il dit et on finit par espérer qu'il ne pense pas tout ce qu'il dit. D'un autre côté, il traduit le rejet d'une pensée unique qui stérilise le débat aux Etats-Unis comme en France. A force d'empêcher le débat, on finit pas pousser à l'expression du populisme et de la démagogie. Voilà pourquoi il ne faut pas craindre le débat", a-t-il écrit.

Il répond sur un prétendu complot "Fillon, Juppé, Hollande"

Nicolas Sarkozy a également taclé son ancienne ministre des Sports Roselyne Bachelot qui avait accusé, sans aucune preuve, Rafael Nadal d'être dopé. "J’ai beaucoup de respect pour cet immense champion qu’est Rafael Nadal et je regrette le travers de cette société médiatique où chacun se croit obligé de donner un avis informé sur ce que, en général, il ne connait pas," a répondu le chef des Républicains à un internaute.

Par ailleurs, il est revenu sans ambages sur les conflits au sein même de son propre parti et sur l'éventuel complot "Fillon, Juppé, Hollande". Lorsqu'un de ses partisans lui demande pourquoi faire des primaires ouvertes, Nicolas Sarkozy répond: "Les primaires ouvertes ne présentent pas que des avantages. Mais elles sont indispensables pour s’assurer que la droite et le centre n’auront qu’un candidat.(...) Il n’y a jamais de solution idéale, mais il m’a semblé que c’était un moindre mal. J’ai pris l’engagement qu’elles auraient lieu. Je le tiendrai."

A lire aussi : Carla et Nicolas Sarkozy : cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas sur eux

L'ancien président se livre sans tabou

Mais Nicolas Sarkozy a aussi répondu à des questions beaucoup plus personnelles comme ses goûts cinématographiques, le dernier film qu'il a regardé ou encore son avis sur le rappeur Maître Gims.

Publicité
Dans cet entretien personnalisé, l'ancien président a ainsi avoué être "fan de Leonardo DiCaprio". Mais il conseille aussi a ses partisans de regarder le film Mustang, le dernier qu'il ait vu et, selon lui, "un des plus beaux films de ces 10 dernières années." Il a également parlé football quand un internaute lui a demandé : "Si vous étiez président du PSG, quel joueur achèteriez-vous pour remplacer Ibrahimovic?" ; il a alors répondu : "Je n'ai pas besoin d'être président du PSG. Mais de supporter depuis 40 ans le club de football de la ville dans laquelle j'habite. Mon choix serait assez simple. Messi 1/, Neymar 2/, Ronaldo 3/ Et si on a un quatrième choix : Suarez".

Nicolas Sarkozy semble vraiment avoir apprécié cet exercice avec ses partisans et leur a déja donné rendez-vous le mois prochain.

 En vidéo sur le même thème : La maquilleuse de Nicolas Sarkozy raconte un épisode "dérangeant" avec Barack Obama 

Publicité