Pratique courante aux Etats-Unis, le recours à des personnalités, politiques ou non, pour des conférences débarque en France. Avec des prestations facturées entre 3.500 et 150.000 euros, certains politiques français s’en sortent plutôt bien.

Les conférences attirent de plus en plus d’hommes et de femmes politiques français. C’est ce que révèle le JDD qui s’est procuré les "catalogues de conférenciers" des agences de France et d’outre-Atlantique.

A lire aussi : Aller voir Nicolas Sarkozy en conférence, combien ça coûte ?

Une activité lucrative qui ne date pas d’hier puisque Valérie Giscard d’Estaing et Raymond Barre ont déjà distillé leurs conseils moyennant finance. Et aujourd’hui, la classe politique française tend, de plus en plus, à s’offrir quelques extras.

Les plus gros poissons s’exportent

Premier conférencier français haut de gamme : Nicolas Sarkozy. Affilié à la prestigieuse agence Washington Speakers' Bureau où il côtoie Tony Blair et George W. Bush, ses apparitions peuvent être facturées 100.000 dollars les 45 minutes.Avec plus d’une douzaine de prestations à son actif, dont la dernière pour l’industriel indien Tata date du 27 septembre dernier, l’ancien chef de l’Etat aurait amassé plus d’un million d’euros en un an.

A lire aussi : Ces conférences qui auraient rapporté près de 2 millions d'euros à Sarkozy

Comme lui, d’autres ont fait le choix de franchir l'Atlantique où le marché est plus développé et les agences plus généreuses. Dominique Strauss-Kahn, qui cartonne dans les pays émergents malgré les scandales auxquels il est affilié, peut ainsi se permettre de toucher un cachet de 50.000 à 150.000 euros pour une demi-heure d’allocution.  

A lire aussi : DSK : de quoi vit l'ancien patron du FMI ?

Christine Lagarde, en rejoignant l’écurie d’All American Speakers, peut, quant à elle, aspirer à recevoir un chèque dont le montant peut aller jusqu'à 200.000 dollars. Des honoraires que touchent généralement les autres conférenciers de l'agence, comme Angelina Jolie ou Michael Phelps. Cependant, l’ancienne patronne du FMI n’affiche pas ses tarifs.

La France : un plus petit marché

L’Hexagone reste encore mineur dans le domaine des conférences. "En Amérique, la réussite professionnelle est à son paroxysme. Elle est saluée et encouragée. En France, on aura toujours une certaine pudeur qui fait qu’on traitera des conférences, pas sous le manteau, mais discrètement", confie Philippe Darbois, fondateur de l’agence française Premium Communication, au JDD.

Cependant, les dizaines d’agences qui s’y sont développées ces dernières années se targuent de posséder quelques personnalités politiques dans leur catalogue: Rama Yade, Luc Ferry, Michèle Alliot-Marie, Jacques Attali ou encore Hervé Novelli.

Publicité
Mais contrairement à leurs homologues américains dont les honoraires grimpent jusqu’à 300.000 dollars l'heure, ces conférenciers facturent leurs prestations entre 5.000 et 30.000 euros maximum. Une gratification qu’aurait empochée Jean-François Copé, le 23 juillet dernier, lors d’une table ronde sur "le développement africain et ses enjeux économiques" à Brazzaville (Congo).

A voir sur le même thème : Argent des politiques : est-ce que la transparence est impossible ?