Dans une interview au Journal Du Dimanche le 2 novembre, Marine Le Pen a exprimé ses distances avec la théorie du "grand remplacement" qui connaît un grand succès dans les milieux d'extrême droite y compris chez des leaders frontistes.

Théorie estimant que le peuple de France serait en cours de "remplacement" par d’autres peuples issus de l’immigration, celle-ci a été formulée par l’essayiste d’extrême droite Renaud Camus. Partagée entre autres par Eric Zemmour, cette doctrine a fait son chemin au Front National et de nombreux cadres frontistes expriment publiquement leur adhésion à cette thèse qualifiée de "fantasme" par Le Monde.

Parmi ceux-ci, Jean-Marie Le Pen, Aymeric Chauprade (conseiller diplomatique de Marine Le Pen) ou encore Philippe Martel, chef de cabinet de la présidente du Front National. Or, cette dernière ne partage pas ce concept opposant de fait la notion abstraite de Français "de souche" à Français tout court. S’agirait-il là d’une nouvelle fracture idéologique issue de la dédiabolisation du FN ? Décryptage.

La "vision complotiste" dénoncée par Marine Le Pen

Interrogée par le Journal Du Dimanche sur cette théorie, la présidente du Front National a expliqué que cette réflexion "suppose un plan établi" et qu’elle se désolidarisait de "cette vision complotiste". Pour elle, l’immigration "est utilisée depuis trente ans par les grands milieux financiers pour peser à la baisse sur les salaires". Comme l’ont relevé nos confrères du Scan du Figaro, Marine Le Pen avait déjà pris ses distances avec ce concept mais pas de manière claire. Invitée à se positionner sur cette théorie sur France Inter, elle avait plutôt botté en touche en pointant le "multiculturalisme" qui provoque "la confrontation des cultures" ou encore la nécessité de se prémunir contre l’"islam politique".

Lire aussi : Les troublants réseaux russes de la famille Le Pen

Son plus fidèle lieutenant, Florian Philippot, ne paraît pas plus acquis à cette thèse. Artisan de la dédiabolisation du FN, le vice-président du parti expliqué au JDD que cette expression "n’est pas un terme officiel du Front national" dans la mesure où le parti ne partage pas selon lui cette "conception racialiste" suggérée par le "grand remplacement". Une défiance envers le concept de Renaud Camus qui est très loin de faire l’unanimité au sein du FN.  

De Jean-Marie Le Pen à Aymeric Chauprade

Les cadres frontistes qui adhèrent à ce que Rue89 qualifie d’"idée raciste" sont nombreux. En mai 2014, le président d’honneur du Front National évoquait "un véritable remplacement des populations" au cours d’un discours à Marseille. Mais Jean-Marie Le Pen n’est pas le seul à partager l’analyse de Renaud Camus (condamné en avril dernier pour incitation à la haine contre les musulmans).

Le chef de cabinet Marine Le Pen, Philippe Martel considère que "ce n’est pas une théorie", mais un "phénomène démographique". En outre, Le Scan souligne que Julien Rochedy, l’ancien président du FNJ, utilise l’expression dans des communiqués estampillés Front National. De surcroît Aymeric Chauprade, conseiller diplomatique de Marine Le Pen, estime que "le grand remplacement" est une "évidence qu’aucun déni de réalité ne saurait masquer".

Lire aussi : 5 choses que vous ne savez probablement pas sur le clan Le Pen

La théorie de Renaud Camus diviserait-elle le Front National tout comme la lecture de Vichy faite par Eric Zemmour ? La question se pose. En effet, alors que le nombre d’adhésions au parti progresse, la stratégie de dédiabolisation entreprise par l’Etat-Major mariniste semble porter ses fruits. Or, le concept du "grand remplacement" a d’abord eu du succès chez les groupuscules identitaires d’extrême droite.

Publicité
Des formations radicales dont Marine Le Pen entend justement prendre ses distances pour des donner des airs de fréquentabilité à son parti (qui pourrait d’ailleurs changer de nom). Une bataille qui paraît encore loin d’être gagnée au regard de la porosité entre les idées identitaires et celles du Front National. Après tout, Robert Ménard (soutenu par le FN) n’a-t-il pas confié à Renaud Camus la rédaction d’un livre sur l’histoire de Béziers ?

 

En imagesPhotos : ces personnalités qui soutiennent plus ou moins haut et fort le FN

L'avocat Gilbert Collard

Le Front National a actuellement la cote auprès des Français, et même des personnalités. Connues depuis longtemps ou récemment révélées, ces affinités sont parfois affichées et revendiquées par ces dernières. Si pour le moment Gilbert Collard se "contente" d’adhérer au Rassemblement bleu Marine, Jean-Marie Le Pen aurait bon espoir de le voir un jour ...

Le cinéaste Jean-Luc Godard

 Dans une interview accordée au Monde mercredi, le cinéaste Jean-Luc Godard a clairement évoqué que son cœur penche pour le parti de Marine Le Pen. "J'espérais que le Front national arriverait en tête. Je trouve que Hollande devrait nommer Marine Le Pen Premier ministre", a-t-il ainsi déclaré. Une position que l’artiste n’a cependant pas traduit ...

L’acteur Alain Delon

Alors que le FN ne fait pas l'unanimité, Alain Delon est un fervent soutien du parti frontiste. L'acteur n’hésite pas à s’écharper avec son fils, lequel ne partage pas les mêmes idées que lui.

L’humoriste Jean Roucas

Alors qu’il critiquait ardemment Jean-Marie Le Pen via ses marionnettes, il a finalement décidé de rejoindre le parti de son ancienne cible. "Je voterai Marine Le Pen en 2017", a-t-il affirmé lors de la dernière université d'été du FN.

L’ancienne actrice Brigitte Bardot

En 2012, Brigitte Bardot a confié au Parisien que son vote irait à Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle. La présidente du Front National est selon une "femme admirable" qui "a dédiabolisé" le FN, et même "la seule" à s'être "occupée de dénoncer le scandale de la viande halal".

Jean-François Belmondo

Le neveu de l’acteur Jean-Paul Belmondo s’est récemment présenté comme candidat du Front National aux prochaines élections municipales de Paris.

L’humoriste Dieudonné

Souvent décrié pour ses sketchs antisémites, Dieudonné a choisi Jean-Marie Le Pen pour être le parrain de sa troisième fille en 2008. "J'ai de l'estime pour Dieudonné. Nous nous sommes rapprochés car nous avons des points communs", avait alors commenté l’ancien président du Front National.

Autres diaporamas

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité