Pour l'année 2015, le président de la République entend se montrer plus "combatif" afin de regagner l'opinion.

C’est bien un virage à 180 degrés qu’est en train de négocier François Hollande. Pour 2015, il est bien question pour l’Elysée de passer le parapet et de lancer l’offensive. Par ailleurs, à l’issue de la présentation de ses vœux, c’est bien le ton "combatif" du président de la République qui a été retenu par les observateurs. Mais outre ses déclarations d’intention, le chef de l’État multiplie les initiatives pour reconquérir les Français.

Offensive médiatique

S’il est souvent reproché à François Hollande de s’être enfermé dans une tour d’ivoire, ce dernier semble prêt à prouver le contraire. Pour ce faire, et il le sait, nécessité il y a d’occuper l’espace médiatique. Ainsi, le président le plus impopulaire de la Vème République est attendu lundi 5 janvier au micro de la matinale de France Inter. Pendant deux heures donc, ce dernier répondra en direct aux questions de Patrick Cohen ainsi qu’à celles des auditeurs comme ceci est l’usage sur cette antenne.

Lire aussi : Et si 2015 était l’année de François Hollande ?

Le but de cet exercice radiophonique, marteler le message de détermination formulé depuis le mois de décembre par François Hollande. "Le président de la République aura à cœur de montrer que cette année 2015 est placée sous le signe de la combativité" a ainsi précisé l’Elysée auprès de l’agence Reuters.

Par ailleurs, l’un de ses proches a fait savoir à l’AFP qu’il "n’a pas l’intention a priori de multiplier les annonces" preuve s’il en est qu’il est bien question de parler aux Français plutôt que de s’enfermer dans un exposé austère. La dernière séquence de questions/réponses se fera donc avec les auditeurs afin de montrer que 2015 sera placée sous le signe de la proximité. Objectif affiché et assumé donc, regagner l’opinion.

Offensive politique

Après les deux débâcles électorales essuyées par la majorité, l’exécutif n’entend pas se laisser faire sans bouger et laisser ses troupes partir tête baissée dans la bataille des départementales. Ainsi, François Hollande a enchaîné les rencontres au mois de décembre, quitte à faire main basse sur l'un de ses engagements de campagne. Le but ? Mobiliser "les commerciaux socialistes" comme l’a confié un sénateur PS.

Mercredi 17 décembre par exemple, François Hollande est donc passé par surprise au Sénat comme le rapporte Le Figaro afin de remobiliser les élus de la majorité. Selon le quotidien, le chef de l’Etat se serait fendu d’un petit d’un discours auprès des sénateurs PS : "j’ai une certaine expérience des élections. On ne gagne jamais en disant à l’avance qu’on va perdre. Il faut se battre" aurait-il ainsi déclaré. Ainsi, un conseiller de Manuel Valls cité par Le Figaro explique que "le président est dans l’offensive politique tous azimuts".

Lire aussi :  Vœux de François Hollande : pour ne pas se faire avoir, le président a fait le ménage dans son bureau

En plus de ces gestes en direction de la majorité, François Hollande mise énormément sur les sujets internationaux notamment sur le climat dont la conférence internationale qui réunira les chefs d’Etat du monde entier sera organisée à Paris entre le 30 novembre et le 13 décembre. Ainsi, le président de la République multiplie les consultations à gauche, mais aussi à droite pour préparer ce rendez-vous majeur. Ce faisant, il a eu une entrevue avec Jean-Louis Borloo quand Nathalie Kosciusko-Morizet a elle été reçue par Ségolène Royal. L’enjeu pour François Hollande, tout faire pour que cet événement mondial soit une réussite et ce, malgré le fait que les élections régionales s’annonçant catastrophiques pour la gauche doivent avoir lieu quelques semaines avant cette conférence.

Publicité
Quoi qu’il en soit, le locataire de l’Elysée met toute son énergie à la préparation de ce rendez-vous. Signe évocateur, François Hollande reçoit Nicolas Hulot à l’Elysée pour son premier rendez-vous de l’année. En cela, et cette relative agitation en atteste, le chef de l'État navigue avec l'échéance 2017 en tête. Une "combativité" qui est donc loin d'être désintéressée..

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité