Dans une récente interview, Cécile Duflot a écarté l'idée du retour des écologistes au gouvernement espéré par l'exécutif en cas de remaniement.

Dans une interview parue aujourd'hui dans Libération, Cécile Duflot est revenue sur les rumeurs d'un éventuel retour des écologistes au sein de l'équipe gouvernementale. En rejetant cette idée, l'ancienne dirigeante d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) a balayé une partie des espoirs d'un gouvernement qui semble se diriger vers un troisième remaniement.

A lire aussi - Dans son livre, Cécile Duflot accable le gouvernement

Un gouvernement "prisonnier de vieux schémas"

Un an après avoir refusé de participer au gouvernement de Manuel Valls, Cécile Duflot, et avec elle l'ensemble des écologistes, semblent décidés à rester à l'écart de cette politique. "La situation de notre pays s'aggrave et aucune idée neuve n'est proposée", a déclaré la députée EELV. A la question : "allons-nous revoir des écologistes dans les ministères ?", celle-ci a répondu : "les raisons qui ont conduit à notre sortie demeurent : ce gouvernement ne porte pas de solutions susceptibles de combattre la crise écologique et sociale". Par ailleurs, alors que Cécile Duflot a dénoncé les "vieux schémas" dans lesquels est enfermé le gouvernement, elle a assuré que s'il "faisait une politique qui répond aux besoins de la société française, nous (EELV) y mettrons toute notre énergie". Voilà une main tendue.

A lire aussi - Gouvernement : attendez-vous à des bouleversements ministériels 

Le plan de François Hollande tombe à l'eau ?

Avec ces déclarations, la stratégie du duo de l'exécutif semble tomber à l'eau. En effet, alors qu'un troisième remaniement est de plus en plus probable à la suite des élections départementales, celui-ci a moins de raisons d'être sans les écologistes. Pourquoi ? Car le but d'un tel bouleversement serait d'élargir la majorité, comme l'expliquait Le Parisien. Pour ce faire, François Hollande et Manuel Valls auraient logiquement tourné leurs yeux vers les membres d'EELV.

Publicité
Mais l'écologiste le plus prisé du duo de l'exécutif reste Jean-Vincent Placé et justement, celui-ci serait surveillé de près par ses pairs, tant ses communications avec François Hollande et Manuel Valls sont régulières. Chose que ne cache pas le sénateur de l'Essonne d'ailleurs. A propos des tentations personnelles dont pourraient faire preuve certains écologistes, Cécile Duflot a rétorqué : "individuellement, oui, certains sont tentés d'y participer (au gouvernement). Mais une addition d'individus ne fait pas une histoire collective". Certes, cependant, rien ne les empêche de rejoindre l'éventuelle prochaine équipe gouvernementale.

Vidéo sur le même thème - Le Guen : "Cécile Duflot est en voie de radicalisation"