Selon plusieurs médias, l’ancien ministre de l’Intérieur pourrait se retrouver devant la justice cet automne à propos des primes en liquide qu’il aurait touchées à partir de 2002.

L’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et l’ancien préfet de police de Paris, Michel Gaudin, vont être renvoyés en correctionnelle pour détournements de fonds publics, affirment Médiapartet Le Canard enchaîné.

Selon le site d’Edwy Plenel, les avocats de ces derniers ont été avisés que leur client allaient se retrouver devant la justice en septembre ou en octobre. Toutefois, le parquet national financier (PNF) assure dans un communiqué "qu'aucune décision de poursuite n'a été formalisée et/ou notifiée aux parties ou à leurs conseils".

Entre 2002 et 2007, Claude Guéant est le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy. A ce titre, il pourrait être jugé pour "complicité et recel de détournements de fonds publics." Quant à Michel Gaudin, ancien directeur général de la police nationale et actuellement dans le cabinet de Nicolas Sarkozy, il pourrait comparaître pour "détournements de fonds publics", lui aussi.

Des sommes comprises entre 240 000 et 288 000 euros

La justice s’intéresse en effet aux primes en espèces que se versaient des membres du cabinet de Nicolas Sarkozy quand il était ministre de l’Intérieur. Des sommes prélevées dans l’enveloppe pourtant allouée aux frais d’enquête des policiers (pour rétribuer des indicateurs, par exemple).

A ce compte, Claude Guéant aurait encaissé indûment des sommes allant de 240 000 à 288 000 euros, soit quelque 10 000 euros par mois entre 2002 et 2004.

Publicité
De plus, ce dernier est dans le viseur de la justice pour avoir vendu deux tableaux d’un peintre flamand à un mystérieux acheteur malaisien pour une somme totale que de nombreux experts en art estiment surévaluée.

Vidéo sur le même thème : Affaire des tableaux : Claude Guéant présenté à un juge

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité