La garde des Sceaux n’a pas mâché ses mots à l’égard de l’ancien chef de l’Etat, samedi lors dans son discours prononcé à l’Université d’été du Parti socialiste. La ministre a même employé un terme peu flatteur pour le qualifier.

Christiane Taubira était samedi dernier à La Rochelle à l’occasion de l’Université d’été du Parti socialiste. Un rendez-vous dont la ministre de la Justice a profité pour étriller l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy. En effet, et sans toutefois le nommer, Christiane Taubira a pointé l'ancien président en évoquant le cas d’un "boutefeu qui prétend encore à la fonction suprême". Selon la définition du Larousse, un "boutefeu" est une personne qui "suscite ou exacerbe les querelles". Or, c’est justement ce que reproche fréquemment la majorité à l’ex-président de la République. Difficile donc de ne pas voir en les propos de la ministre une attaque envers le patron des Républicains.

A lire aussi - Christiane Taubira : pourquoi François Hollande ne veut pas qu'elle parte

Emmanuel Macron également pointéMais Nicolas Sarkozy n’était pas le seul politique dans le viseur de Christiane Taubira. Emmanuel Macron a également été pointé par la ministre. "Quand la gauche s’éloigne des catégories populaires, elle devient infidèle à elle-même", a-t-elle en effet déclaré, faisant allusion à son collègue en charge de l’Economie qui a récemment déclenché une polémique sur les 35 heures.  

Publicité
La semaine dernière, lors de l’Université d’été du Medef, Emmanuel Macron a remis en cause les 35 heures. "La gauche a cru un temps que la France pourrait aller mieux en travaillant moins. C'étaient des fausses idées", a-t-il lancé, déclenchant un tollé de réactions. Si bien que le ministre a ensuite rétropédalé en affirmant qu’il ne "parlait pas des 35 heures" et qu’il s’agissait de "fausses idées".

Vidéo sur le même thème -  Taubira : "Où est passée la droite républicaine ?"