La garde des Sceaux n’a pas mâché ses mots à l’égard de l’ancien chef de l’Etat, samedi lors dans son discours prononcé à l’Université d’été du Parti socialiste. La ministre a même employé un terme peu flatteur pour le qualifier.

Christiane Taubira était samedi dernier à La Rochelle à l’occasion de l’Université d’été du Parti socialiste. Un rendez-vous dont la ministre de la Justice a profité pour étriller l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy. En effet, et sans toutefois le nommer, Christiane Taubira a pointé l'ancien président en évoquant le cas d’un "boutefeu qui prétend encore à la fonction suprême". Selon la définition du Larousse, un "boutefeu" est une personne qui "suscite ou exacerbe les querelles". Or, c’est justement ce que reproche fréquemment la majorité à l’ex-président de la République. Difficile donc de ne pas voir en les propos de la ministre une attaque envers le patron des Républicains.

Emmanuel Macron également pointéMais Nicolas Sarkozy n’était pas le seul politique dans le viseur de Christiane Taubira. Emmanuel Macron a également été pointé par la ministre. "Quand la gauche s’éloigne des catégories populaires, elle devient infidèle à elle-même", a-t-elle en effet déclaré, faisant allusion à son collègue en charge de l’Economie qui a récemment déclenché une polémique sur les 35 heures.  

Publicité
La semaine dernière, lors de l’Université d’été du Medef, Emmanuel Macron a remis en cause les 35 heures. "La gauche a cru un temps que la France pourrait aller mieux en travaillant moins. C'étaient des fausses idées", a-t-il lancé, déclenchant un tollé de réactions. Si bien que le ministre a ensuite rétropédalé en affirmant qu’il ne "parlait pas des 35 heures" et qu’il s’agissait de "fausses idées".

Vidéo sur le même thème -  Taubira : "Où est passée la droite républicaine ?" 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité