Christiane Taubira a de nouveau été la cible d’insultes racistes de la part d’opposants au mariage pour tous, vendredi dernier, lors d’un déplacement à Angers. la Ministre a été traitée de "gueunon" par une enfant. Le PS a réagi en indiquant que des poursuites pourraient être engagées.

© AFP

« C'est pour qui la banane ? C'est pour la guenon ! » En déplacement à Angers vendredi dernier, Christiane Taubira a de nouveau été victime d’insultes racistes. Alors que la Garde des Sceaux effectuait une visite à la Maison de la justice et du droit, des opposants au mariage pour tous avaient également fait le déplacement. C’est alors que la ministre a été la cible de propos injurieux.

« Certains ont même ricané »Jean-Yves Lignel, journaliste au Courrier de l’Ouest, rapporte sur son blog que certains militants de la « Manif pour tous » avaient alors lancé des « Taubira casse-toi, Taubira dégage, Taubira tu sens mauvais » à la ministre. Une petite fille d’une dizaine d’années aurait également agité une banane en direction de Christiane Taubira et l’aurait apostrophé d’un « C'est pour qui la banane ? C'est pour la guenon ! » D’après le journaliste, « pas un adulte n’a réagi. Certains ont même ricané ».

Publicité
« Ces comportements sont intolérables »Des incidents confirmés par Angers Mag, qui rapporte des « Taubira, casse-toi », « Taubira, démission » ou encore « tes jours sont comptés ». « Même les CRS qui assuraient le cordon de sécurité n’en sont pas revenus » rapporte le journal local. Du côté de la « Manif pour tous », on se défend. « Cet acte isolé n'est pas représentatif de la mobilisation pacifique des angevins » on indiqué les responsables départementaux, mais ces propos, qui arrivent quelques jours après qu’une candidate FN ait comparé la ministre de la Justice à un singe et l’ait qualifiée de « sauvage », ont fait réagir le PS. « Il est grave que des enfants aient été instrumentalisés et encouragés à lancer des slogans de haine lors de cette manifestation contre le mariage pour tous » a déclaré Harlem Désir dans un communiqué. « Ces comportements sont intolérables et constituent un délit, qui doit désormais faire l’objet de poursuites par la justice ».

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :