Petite piqûre de rappel sur ces quelques politiques actuellement sur le devant de la scène qui ont déjà eu maille à partir avec la justice.

©AFP

Nicolas Sarkozy mis en examen dans l’affaire Bygmalion, la maison de Jean-Marie Le Pen perquisitionnée, Jean-Noël Guerini épinglé pour non déclaration d’un compte en Suisse… les temps sont durs pour les politiques, surtout lorsqu’ils ont quelque chose à se reprocher. Et ces derniers sont loin d’être des exceptions dans la sphère politique française.

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a été mis en examen mardi soir pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans l'affaire Bygmalion. Après des heures d’audition devant les juges du pôle financier, le président des Républicains a été mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale pour avoir, en qualité de candidat, dépassé le plafond légal de dépenses électorales". Pour les autres chefs d'accusation, "faux, escroquerie et abus de confiance", Nicolas Sarkozy "a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté", a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins.

Ce n’est pas la première affaire qui éclabousse l’ancien président : en mars 2013, il a été mis en examen pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, dans le cadre de l’affaire Woerth-Bettencourt. Une décision de non-lieu a finalement été rendue en sa faveur le 7 octobre de cette même année.

Publicité
Alors qu’il était "seulement" soupçonné par la justice d’avoir fait pression sur Christine Lagarde pour qu’elle accorde un arbitrage de 403 millions d’euros à Bernard Tapie en 2008, il est, le 2 juillet 2014, après 15 heures de garde à vue, mis en examen pour "corruption active", "trafic d'influence" et "recel de violation du secret professionnel", dans le cadre de l’affaire Azibert. Ce dernier, avocat général près de la Cour de cassation, était suspecté d’avoir renseigné Nicolas Sarkozy sur les avancées de la procédure judiciaire de l’affaire Woerth-Bettencourt.
Publicité