Privé la semaine dernière de son investiture en Meurthe-et-Moselle, l’eurodéputé ne compte pas en rester là, multipliant les attaques envers sa famille politique.

Depuis son éviction de la tête de liste en Meurthe-et-Moselle pour les régionales, mercredi dernier, Nadine Morano n’en finit plus de montrer des signes d’agacements, comme si elle tramait une vengeance personnelle.

Elle a tout d’abord lancé son courroux sur Nicolas Sarkozy qu’elle juge responsable de son éviction, promettant via Le Point de le "dézinguer" s’il songeait à être candidat à la présidentielle.

A lire aussiPourquoi Nicolas Sarkozy a désavoué Nadine Morano

S’agissant des autres ténors Les Républicains, Nadine Morano a sorti la boîte à gifles. Bruno Le Maire ? Il est "hypocrite" ; Franck Riester et Gerald Darmanin ? Des "sbires" agissant respectivement pour le compte de Bruno Le Maire et Xavier Bertrand ; Philippe Richert ? "Un nul qui ne sait pas conduire sa campagne régionale et qui n’est pas (son) patron." ; Nathalie Kosciusko-Morizet ? Même pas "une centriste" mais "une socialiste".

"Il aurait mesuré ma capacité de résistance"

Dans un meeting dimanche soir à Velaine-en-Haye (Lorraine), Nadine Morano a multiplié les déclarations fortes sur l’immigration et l’islam tout en prenant soin de s’afficher à côté d’une pancarte reprenant les déclarations du général de Gaulle sur la France, "pays de race blanche". Elle a ensuite fait part d’une anecdote : François Fillon, alors Premier ministre, avait proposé à Nicolas Sarkozy de la nommer au ministère de l’Immigration. Et l’intéressée de lâcher en parlant du président des Républicains : "Il aurait mieux fait [de me nommer]. Il aurait mesuré ma capacité de résistance."

Avant de quitter la salle, la déchue des régionales ironise : "Peut-être que ce soir je serai virée des Républicains. Mais j’assume (rires dans la salle).", relate un journaliste d’I-Télé. Nadine Morano a même précisé à l’adresse de Nicolas Sarkozy que "s’il souhaite (la) virer des Républicains, (la) virer du secrétariat de (sa) fédération, grand bien lui fasse [...] Mais vu le nombre de militants qui renvoient leur carte et les milliers de mails qu’(elle reçoit), un trouble s'est installé."

Publicité
Ainsi, l’eurodéputé n’en a pas fini avec cette polémique et compte bien s’en servir pour capitaliser un maximum de voix en vue de la primaire à droite. Elle a ainsi brandi la menace d'organiser un grand meeting. En attendant, Nadine Morano a prévu d’écrire un livre avec sa fameuse amie noire et qui s’appellera L’amitié en noir et blanc. Et elle a déjà prévenu : il y aura de quoi "en défriser plus d’un !".

Vidéo sur le même thème : Nadine Morano prépare sa riposte