Fraîchement nommée ministre de l’Education à la suite de Benoît Hamon, Najat Vallaud-Belkacem a d’ores et déjà subi les critiques de l’opposition de droite et d’extrême droite.

Ministre de l’Education, de l’Enseignement et de la Recherche depuis ce mardi soir, Najat Vallaud-Belkacem ne fait pas l’unanimité parmi l’extrême droite et une partie de la droite. En effet, la nouvelle ministre de 36 ans avait défendu l’expérimentation des ABCD de l’égalité, ce qui lui vaut d'être accusée de vouloir véhiculer la théorie du genre dans les écoles. Bien que le projet a été suspendu, la rancune des opposants au Mariage pour tous et à l’éducation à l’égalité fille-garçon persiste.

"Une provocation pour un grand nombre de Français"

La présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, ne digère pas cette nomination et y voit même "une provocation pour un grand nombre de Français", rapporte Le Figaro. cette dernière se dit "horrifiée" par ce choix. Elle appelle en outre les Français à descendre dans la rue le 5 octobre prochain.

A lire aussi : Najat Vallaud-Belkacem ou l’art de gravir les échelons

Ludovine de la Rochère et les sympathisants de la Manif pour tous ne sont les seuls à dénoncer cette nomination. Ainsi, le député UMP de Haute-Loire, Laurent Wauquiez, a qualifié la désormais numéro 4 du gouvernement "d’ultra pro-gender". De son côté, le vice-président du Front national Florian Philippot estime que cette nomination témoigne d’une volonté de "tester les sondages négatifs".

Nadine Morano a, elle, pointé le fait que "Najat Vallaud-Belkacem veut enseigner l'égalité aux petits garçons et petites filles mais se prononçait contre la loi interdisant la burqa".

 

 

En somme, la nomination de l’ex-ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports est au mieux une "provocation", au pire une "bravade du président de la République", selon les termes de Christine Boutin. Le député UMP Eric Ciotti parle même "d’idéologie dangereuse".

 

 

A lire aussi : qui est Boris Vallaud, le mari de Najat Vallaud-Belkacem ?

Il n’y aura "pas de polémique inutile" dans le ministère de Najat Vallaud-Belkacem

Interrogée ce mercredi matin par France info, Najat Vallaud-Belkacem est revenue sur les critiques dont elle fait l’objet : "la polémique inutile, les débats stériles, l'instrumentalisation insupportable de l'école, n'auront pas de place dans mon ministère".

L’élève modèle du PS a expliqué qu’elle concentrerait son énergie sur la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires dont "plus de 80% des maires étaient satisfaits" à l’issue de la "première salve d’expérimentation". "Ma responsabilité principale c'est de faire en sorte que les parents aient confiance dans l'école, de faire en sorte que les Français sachent que l'école c'est l'outil numéro 1 au service de l'ambition républicaine", a-t-elle encore déclaré.

Publicité
"Ils y apprendront des principes et des valeurs, notamment l'égalité entre les filles et les garçons et ce sont des principes auxquels je tiens plus que tout", a encore souligné la nouvelle ministre de l’Education.

 > vidéo sur le même thème : Vallaud-Belkacem : "Il faut avoir confiance en l'école"

En imagesPromotions, entrées : les grandes surprises du gouvernement Valls II

Le gouvernement Valls II a été présenté

Emmanuel Macron, tête d’affiche du gouvernement Valls II

Ainsi, Emmanuel Macro, l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée a fait son entrée au gouvernement mardi. Nommé à la tête du ministère de l’Economie, cet ancien banquier d’affaires chez Rothschild succède à Arnaud Montebourg. Fort d’avoir prôné auprès de François Hollande une politique de rigueur et de soutien aux entreprises, il promet de s’ins...

Najat Vallaud-Belkacem, la bonne élève promue

A 36 ans, Najat Vallaud Belkacem succède à Benoît Hamon et prend les commandes de l’Education Nationale. C’est la première fois qu’une femme est nommée à ce poste sous la Ve République. Une ascension fulgurante pour celle qui se définit comme « un pur produit de la République » et qui, jusqu’à mardi était encore ministre des Droits des femmes, de la J...

Fleur Pellerin hérite de la Culture

Pour la troisième fois, Fleur Pellerin a hérité d’un ministère. Autrefois en charge du Numérique puis du Commerce extérieur, la jeune femme a été nommée mardi à la tête du ministère de la Culture. Un véritable pied de nez à Aurélie Filippetti qui en avait la charge avant elle et avec qui elle s’est souvent accrochée. Spécialiste de l’économie numériqu...

Patrick Kanner, prend la suite de Najat Vallaud Belkacem

Le ministère dont Najat Vallaud-Belkacem avait la charge a été divisé en deux mardi. Le portefeuille du Droits de femmes a ainsi été attribué à Marisol Touraine (qui a conservé les Affaires sociales et également hérité de la Santé), tandis que la Ville, la Jeunesse et les Sports ont été confiés à Patrick Kanner. Agé de 57 ans, ce proche de Martine Aub...

Thomas Thévenoud fait son entrée

  Parmi, les 17 secrétaires d’Etat qui composent le gouvernement, quatre nouveaux ont été nommés mardi. Il s’agit notamment de Thomas Thévenoud, député de Saône-et-Loire qui devient secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, au Tourisme et aux Français de l’étranger.

Alain Vidalies fait son entrée

Alain Vidalies, ancien ministre des Relations avec le Parlement succède à Frédéric Cuvillier au secrétariat d’Etat aux Transports.

Myriam el Khomri fait son entrée

Myriam el Khomri, adjointe à la mairie de Paris devient secrétaire d’Etat à la Politique de la ville.

Pascale Boistard fait son entrée

Pascale Boistard, députée de la Somme devient secrétaire d’Etat aux Droits des femmes.

Autres diaporamas