Blague, bourde, lapsus, phrase choc… Planet.fr vous propose de revenir sur le mot ou la phrase qui a marqué la semaine.

La phrase de cette semaine est signée Nicolas Sarkozy. Le patron des Républicains l'aurait en effet prononcée suite à la polémique qui a éclaté après qu'il a comparé l'afflux de migrants en Europe à une fuite d'eau. "Ce n'est plus Marine Le Pen qui est diabolisée, c'est moi. Il ne faut pas faire de la politique si, quand on entre dans une salle, on ne provoque pas un frisson, si on n'est pas capable de se faire applaudir", aurait-il commenté, ainsi que le rapporte Challenges.

A lire aussi - Quand Nicolas Sarkozy compare l'afflux de migrants à... un problème de plomberie

Publicité
Conscient de la portée que peuvent parfois avoir ses propos, Nicolas Sarkozy aurait poursuivi en expliquant que c'était un atout, notamment pour la primaire de 2016. "Ils croient que tous ceux qui vont venir voter sont des centristes, mais il y aura aussi beaucoup de gens qui en ont marre et qui ont voté FN !", aurait lâché celui qui n'a toujours pas annoncé ses intentions pour la prochaine élection présidentielle.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :