Le 22 août dernier, Nicolas Sarkozy a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle, mettant ainsi fin à un secret de polichinelle et entraînant avec lui, dans sa course à l’Elysée, son épouse, Carla Bruni. Un rôle qu’elle aurait accepté de tenir, mais à sa manière. 

Nicolas Sarkozy se rêve une fois encore à l’Elysée. Perdant de la présidentielle de 2012, l’ancien chef de l’Etat sera candidat à la primaire de la droite et du centre en vue du grand rendez-vous de l’année prochaine. Marié à Carla Bruni depuis 2008, il effectuera donc cette campagne avec elle à ses côtés. Ravie, pas ravie ? Difficile de savoir ce que l’ancien mannequin en pense. En effet, peu de temps après que son mari a annoncé sa candidature pour la prochaine élection présidentielle, la chanteuse a posté une vidéo quelque peu intrigante sur Instagram. Sur la bande, Carla Bruni-Sarkozy a surperposé deux paires de lunettes – une de vue, une autre de soleil – sur son nez et s’amuse à chanter « aïe aïe aïe aïe aïe aïe aïe aïe » tout en remuant la tête de gauche à droite. Un message qui pourrait tout autant vouloir dire à demi-mot qu’elle redoute les mois à venir, mais aussi que cette situation n’est pas pour lui déplaire, et même qu’elle l’amuse.

 

#iwokeuplikethis ____________

Une vidéo publiée par Carla Bruni (@carlabruniofficial) le 24 Août 2016 à 2h37 PDT

Et sa toute dernière publication sur ce réseau social n’est pas près de nous aider à y voir plus clair. L’artiste a en effet posté la couverture d’un recueil de poésie de Paul Eluard, intitulé Souvenirs de la maison des fous. Un titre là encore énigmatique. "Difficile de croire à une coïncidence, écrit Closer. La ‘maison’ évoquée serait-elle le QG des Républicains et les ‘fous’ les candidats à la primaire ?". Et alors que Carla Bruni ne s’est fendue d’aucune autre publication ou déclaration, on peut supposer qu’elle préfère pour le moment rester dans la dérision.

A lire aussi - 2017 : les femmes de candidats peuvent-elles faire basculer l’élection ?

Elle sera un soutien solide

Une situation que ne devrait cependant pas durer. Il y a en effet fort à parier que son rôle prenne de l’ampleur dans les mois à venir et freine ses fantaisies. "Par principe et par tendresse, je suis toujours favorable à ce que fait mon homme", avait-elle confié au Figaro Magazine l’hiver dernier, laissant ainsi entendre qu’elle serait toujours un soutien pour Nicolas Sarkozy et ce, quelques soient ses choix politiques. En 2012 pourtant, Carla Bruni-Sarkozy n’avait pas hésité à évoquer ses difficultés à s’épanouir dans son rôle de Première dame, notamment à cause de la médiatisation dont elle faisait l’objet. Des propos qui laissaient alors penser qu’elle ferait tout pour ne pas réitérer l’expérience.

Plusieurs éléments expliqueraient ce changement d’avis. Son envie de revanche sur François Hollande qu’elle n’a pas hésité à surnommer "Le Pingouin" dans l’une de ses chansons, croit savoir L’Obs ; mais aussi son envie de rendre son mari heureux. "Je préfère me taper un second quinquennat qu’un mari malheureux à la maison", aurait-elle confié à Paris Match il y a quelques mois.

A lire aussi – Carla Bruni-Sarkozy : pourquoi elle rêve aussi de 2017

Mais elle ne renoncera pas à sa propre carrière

Publicité
Mais si Carla Bruni-Sarkozy est prête à soutenir son mari, elle le fera à sa manière. En plus de la dérision pour laquelle elle a visiblement optée, l’Italienne a prévenu qu’elle ne renoncerait pas à sa carrière de chanteuse si elle redevenait Première dame, et encore moins donc pendant la campagne présidentielle. Loyale envers son mari, elle compte également demeurer fidèle à sa liberté retrouvée.

En vidéo - Nicolas Sarkozy fête sa candidature avec ses proches