Le candidat FN, Laurent Lopez, est arrivé dimanche soir en tête du  premier tour de l’élection cantonale partielle de Brignoles (Var) avec 40,4% des voix. Eliminant la gauche et soulignant les difficultés de l’UMP, il a par ailleurs confirmé l’actuelle poussée de son parti. 

©AFP

Un grand coup pour le Front National. "Il y a une multitude de sondages d’opinion qui démontre que le Front National est dans une très grande dynamique. Nous attendons par conséquent et nous nous préparons aux échéances électorales qui démontreront que le FN est aujourd’hui probablement le premier parti de France", avait déclaré Marien Le Pen au micro de BFM TV la semaine dernière. Des propos appuyés par le sondage TNS Sofrès révélant que son parti se positionne sur la première marche du podium des personnalités politiques que les Français souhaitent voir jouer un rôle. Et cette avance s’est confirmée dimanche à l’issue du premier tour de l’élection cantonale partielle de Brignole, dans le Var. Le candidat FN Laurent Lopez est en effet arrivé en tête avec 40,4% des voix, loin devant la candidate UMP, Catherine Delzers (20,76%) et le candidat PCF, Laurent Carratale (13 ,06%). Et alors que ce dernier a été éliminé, l’on assistera donc à un duel  FN-UMP au second tour prévu le 13 octobre. "Les habitants du canton de Brignoles auront le choix suivant à faire pour le second tour : Laurent Lopez, qui incarnera l'opposition réelle au sein du conseil général du Var et rassemble dès le premier tour deux fois plus d'électeurs qu'un candidat UMP", a expliqué dans un communiqué Steeve Briois, le secrétaire général du FN.

Publicité
Le PS appelle à "faire barrage"Face à ces résultats qui confirment la cote de popularité en hausse du Front National, mais également la perte de vitesse de la gauche et les difficultés de la droite, le Parti Socialiste a tenu à remotiver ses troupes. "Ce résultat doit sonner comme un sévère avertissement pour tous les partis de gauche : lorsque le Front national est fort, la division produira souvent le même résultat. La conséquence est simple : au second tour les électeurs n'ont le choix qu'entre l'UMP et le FN", a en effet alerté le parti de la majorité avant d’ajouter : "Dans cette situation, comme il l’a toujours fait, le PS appelle à faire barrage au FN dimanche prochain".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :