Le documentaire consacré aux époux Sarkozy et diffusé mardi soir sur D8 a rassemblé plus de 1,5 million de téléspectateurs. Pour autant les avis sont partagés. Rangé du côté des mécontents, le sénateur socialiste Jean-Pierre Michel a même été jusqu’à demander la démission du directeur de la chaîne.

©AFP

A mi-chemin entre la téléréalité et le documentaire politique, Campagne Intime fait jaser. Diffusé mardi soir sur la chaîne D8, le film réalisé par Farida Khelfa fait en effet réagir. Parmi les 1,5 million de téléspectateurs qui l’ont regardé, certains ont estimé que la promesse de dévoiler les époux Sarkozy dans leur intimité avait été tenue, tandis que d’autres, au contraire, se sont plaints d’une œuvre trop plate et manquant d’objectivité. Il est vrai que la réalisatrice du documentaire n’est autre qu’une très bonne amie de Carla Bruni-Sarkozy. D’après les informations du site JeanMarcMorandini.com, le sénateur socialiste Jean-Pierre Michel a même été jusqu’à demander que le directeur de D8 quitte ses fonctions. "Le directeur des programmes de D8 devrait démissionner suite à la diffusion du pire doc politique de tous les temps", a-t-il en effet tweeté.

Publicité
"Le documentaire ennuyeux qui ravive la nostalgie de ses partisans"Loin d’être le seul à ne pas avoir apprécié le documentaire, Jean-Pierre Michel a été rejoint par le site Rue89 dont la rédaction a posté sur le même réseau social : "‘Sarkozy intime’, le documentaire ennuyeux qui ravive la nostalgie de ses partisans". Des propos qui n’ont pas manqué de faire bondir  le député UMP Sébastien Huyghe. Elu dans le Nord, celui-ci a en effet répliqué par la même voie en taxant Rue89 de faire de "l’anti Sarkozysme pathologique". Selon lui, l’ancien Chef de l’Etat est apparu "au naturel",  comme "un homme d’Etat qui donne tout, grand dans la défaite comme il l’avait été dans la victoire". Filmé de février jusqu’au soir du 6 mai 2012, le documentaire a en effet montré de quelle manière l’ex-président avait accueilli l’annonce de la victoire de François Hollande, entouré de son épouse, de son fils Louis et de son père politique, Edouard Balladur.

Publicité