Mercredi 1er octobre, sur le plateau de BFM TV, François Fillon a affirmé que "bien sûr" il avait entendu parler de Bygmalion avant la campagne de Nicolas Sarkozy. 

L’affaire Bygmalion ne manque pas de rebondissements. Hier, trois personnes ont été mises en examen et ont confirmé le maquillage des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Si cette affaire ne cesse de planer sur la tête de l’ex-chef de l’État, une déclaration de François Fillon rend encore sa position encore plus délicate à tenir.

Invité hier sur BFM TV, l’ancien Premier ministre a répondu "bien sûr" lorsqu’on lui a demandé s’il avait eu connaissance de cette agence de communication avant la présidentielle. Et le député de Paris de rajouter :"Je n'étais pas associé à l'organisation de la campagne de 2012 mais j'ai souvent entendu parler de Bygmalion [avant la campagne], et j'ai souvent vu que Bygmalion était une entreprise qui travaillait régulièrement avec l'UMP".

Lire aussi : Jacques Chirac choisit Alain Juppé pour 2017

Une version qui diffère de celle de Nicolas Sarkozy qui avait affirmé sur France 2 avoir appris le nom de cette société "longtemps après la campagne présidentielle", par voie de presse. Concernant la question des coûts des meetings, François Fillon a dit ne pas s’être interrogé plus que ça. "Je pars du principe que je fais confiance au candidat et à ceux qui organisent la campagne" a-t-il déclaré.

Mis en examen mercredi pour faux et usage de faux, les deux cofondateurs de Bygmalion Guy Alvès et Bastien Millot ont l’interdiction de rentrer en contact avec Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy. La justice cherche en effet à savoir à quel degré les deux pouvaient être au courant.

Publicité
Ce jeudi 2 octobre, Eric Cesari (ancien directeur adjoint de l’UMP) et Fabienn Liadze (ex-directrice des affaires financières) ont été placés en garde à vue à l’office anticorruption de Nanterre dans le cadre de cette affaire.

Vidéo sur le même thème - Affaire bygmalion : quatre personnes en garde à vue 

En imagesBygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire

Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central du volet qui concerne l’UMP. Le président du parti d’opposition est soupçonné d’avoir surfacturé à la société Bygamalion fondée par deux de ses proches des évènements en marge de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Accablé, Jean-François Copé a même annoncé qu’il allait rendre les r...

Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans. "Il y a eu l’engrenage irrésistible d’un train filant à toute vitesse. Ceux qui devaient tirer la son...

Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

  L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Guillaume Peltier

  Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claud...

Patrick de Carolis

  L’ancien PDG de France Télévisions est lui aussi mêlé à l’affaire Bygmalion, dans son volet télévisuel. Il a récemment été mis en examen pour favoritisme, soupçonné d’avoir reçu près de 120 000 euros de commission de la part de Bygmalion entre 2008 et 2012.

Camille Pascal

  Le secrétaire général de France Télévisions a lui aussi été mis en examen dans le cadre du volet télévisuel de l’affaire Bygmalion.

Autres diaporamas