Bruno Le Roux a annoncé sa démission mardi après-midi, moins de 24 heures après les révélations de Quotidien sur les CDD multiples de ses filles à l’Assemblée. Découvrez comment son départ du gouvernement a été décidé en un rien de temps. 

Tout s’est joué en seulement quelques minutes. Les révélations du Quotidien sur les CDD que les filles de Bruno Le Roux ont enchaîné à l’Assemblée alors qu’elles étaient encore mineures venaient à peine d’être faite que le sort du ministre de l’Intérieur était déjà joué. En effet, et ainsi que le rapporte RTL, Bernard Cazeneuve avait pris sa décision dès lundi soir, avant même de s’entretenir avec le principal intéressé.

A lire aussi –Bruno Le Roux et ses très jeunes collaboratrices : nouveau scandale en vue ?

François Hollande et Bernard Cazeneuve n’étaient au courant de rien

Sur son site, la radio explique que François Hollande et Bernard Cazeneuve ont été alertés par Gaspard Gantzer. Le conseiller en charge de la communication à l’Elysée était devant sa télé lorsqu’il a découvert l’affaire, comme des milliers de téléspectateurs. "Il faut s’imaginer ma gueule, je suis tombé de ma chaise", aurait-il confié à des proches. Le choc passé, il a ensuite appelé Matignon pour savoir si les services du Premier ministre étaient plus informés que lui. Réponse négative. Aussi, Gaspard Gantzer a-t-il envoyé un sms au président de la République qui était alors en train de diner avec le Premier ministre japonais. Apparemment, et toujours selon les informations de RTL, François Hollande n’en savait pas plus que lui.

"L’exécutif a à cœur de montrer qu’il ‘n’a pas la main qui tremble’ en matière de transparence de la vie publique"

Son dîner de travail terminé, le chef de l’Etat a ensuite personnellement appelé Bruno Le Roux pour entendre ses explications. Aucune décision n’aurait alors été pris concernant l’avenir de ce dernier au sein du gouvernement. Et c’est finalement Bernard Cazeneuve, le Premier ministre qui l’a prise quelques minutes plus tard. Une décision radicale qui pour lui, semblait "déjà évidente, avant même qu’il ne se soit entretenu avec le président", écrit la radio sur son site. "Notamment pas que les faits paraissent limpides. Ensuite, parce qu’en pleine campagne présidentielle, l’exécutif a à cœur de montrer qu’il ‘n’a pas la main qui tremble’ en matière de transparence de la vie publique".

Publicité
Un rendez-vous a tout de même été fixé au lendemain après-midi entre le président, le Premier ministre et le future ex-ministre de l’Intérieur, pour notamment évoquer les modalités de son départ. "À 15 heures, le chef de l’État et le Premier ministre confient à Gaspard Gantzer leur intention de laisser à Bruno Le Roux la possibilité d’annoncer lui-même son départ du gouvernement depuis Bobigny. C’est la seule concession qu’il aura demandée et obtenue", souligne RTL.