D’après les informations de Mediapart, Pauline Le Maire, l’épouse de l’ancien ministre de l’Agriculture, aurait été rémunérée pour un étrange emploi à l’Assemblée Nationale entre 2007 et 2013. Plus de détails.

©AFP

Pendant cinq ans, l’épouse de Bruno Le Maire, l’ancien ministre de l’Agriculture, aurait été payée entre 2700 et 3200 euros par mois pour être son attachée parlementaire. C’est en tout cas ce qu’a récemment révélé Mediapart. "Pauline Le Maire a été rémunérée aux frais de l'Assemblée sur un poste d’assistante parlementaire à temps plein de 2007 à l'été 2013 (avec une longue interruption pour congé maternité), grâce à des contrats signés soit par son époux, soit par le suppléant de celui-ci, Guy Lefrand", rapporte en effet le site d’informations.

Un travail de "communication" basé sur "son expérience d’écriture"Et si jusque là, il n’y a rien d’anormal –de nombreux députés ont salarié leur conjoint ou un autre membre de leur famille – le média  s’interroge toutefois quant à la nature réelle de cet emploi. Il explique ainsi avoir éprouvé quelques difficultés à définir les missions exactes qui étaient confiées à Pauline Le Maire. "Elle travaillait sur le fond des dossiers. Sur la réflexion, sur la manière d’aborder les sujets", a d'abord répondu à Mediapart Guy Lefrand. Avant d’évoquer un travail de "communication", consistant notamment en du "rédactionnel", en "la manière de présenter à la presse, de préparer des interviews..." et basé sur son "expérience d'écriture". Peu convaincus par ses explications, les journalistes de Mediapart ont ensuite demandé à Guy Lefrand de leur fournir des travaux réalisés par l’épouse de Bruno Le Maire. Mais là, les imprécisions ont laissé place au refus. "Je n'ai pas le temps, aujourd'hui je suis consultant [président de Stratégie Santé Consulting], médecin urgentiste, candidat aux municipales, je suis de garde, hier j'ai sauvé une vie", leur aurait-il déclaré.

Publicité
Les journalistes ont par ailleurs indiqué avoir été interpellés par la manière dont Pauline Le Maire était présentée, à l’instar de l’article qui lui était consacré en 2011 dans Paris Match et qui ne faisait aucunement référence à son emploi d’attachée parlementaire. De son côté, Bruno Le maire n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :