Brigitte Macron est au coeur d'une biographie non-autorisée et intitulée "Brigitte Macron, l'affranchie". Son auteure, chef de de la rubrique people chez Closer, Maëlle Brun, a accepté de répondre aux questions de Planet. 

Planet : Qu’est-ce que vous avez découvert sur Brigitte Macron que vous ignoriez ?

Maëlle Brun : J’ai découvert une personne bien plus complexe qu’il n’y paraît. On la réduit souvent à son apparence, à son look, ou à son milieu bourgeois, mais il y a une vraie dualité dans son parcours. C’est quelqu’un de très intello, de très cultivé et en même temps qui a un humour parfois presque cru, très terre-à-terre. Elle est plus âgée mais elle est aussi plus moderne. C’est aussi quelqu’un de plus sombre.

Planet : C’est un adjectif assez loin des photos souriantes que l’on peut voir de Brigitte Macron pourtant.

Maëlle Brun : Plus sombre parce que Brigitte Macron a vécu de nombreux drames dans son enfance. Même si elle a vécu dans une famille aisée, aimante avec des parents très présents, elle a perdu sa sœur et son beau-frère, ainsi qu’une de ses nièces qui est morte de l’appendicite. Ses copines d’enfance m’ont raconté qu’elle avait pris le contrepied de ces drames, qu’elle avait décidé de sourire, d’être le rayon de soleil, même le petit clown de sa famille. Elle parle très peu de ces drames, ses amis n’en ont pas eu connaissance grâce à Brigitte Macron mais par d’autres personnes de son entourage. Je pense que ce vécu explique pourquoi elle n’a pas trop mal vécu la campagne présidentielle.

Planet : Il s'agit d'une biographie non-autorisée, a-t-il été facile d’approcher les proches de Brigitte Macron ?

Maëlle Brun : Ça a été compliqué. Je l’ai prévenu et j’ai pris contact avec son entourage mais Brigitte Macron n’a pas souhaité s’associer à cet ouvrage et je ne voulais pas qu’il soit chapeauté par elle non plus. J’ai fait une demande d’interview qui n’a pas reçu de suite favorable. Elle préférait parler de son action plutôt que de son histoire. Il a été difficile de convaincre ses proches, il m’a fallu prendre du temps pour gagner leur confiance et expliquer ma démarche.

 

"André-Louis Auzière s'est volatilisé"

 

Planet : Tous les témoignages que vous avez recueillis sont très positifs…

Maëlle Brun : J’ai essayé de faire la part des choses mais vous savez même les gens qui ont répondu de manière anonyme et qui n’avaient donc rien à craindre ont été positifs. J’ai eu certains de ses anciens élèves en direct et ils parlaient d’elle avec beaucoup d’émotion. Ils m’ont décrit une professeure impliquée, qui les a fait grandir, en qui ils pouvaient avoir confiance. Elle les invitait même parfois à boire l’apéro.

Planet : Vous évoquez dans votre livre la réaction de la famille Trogneux en apprenant la relation qui unit Brigitte à Emmanuel Macron et, sans expliquer comment, vous faites comprendre qu’elle désormais mieux acceptée. Que s’est-il passé entre ces deux moments ?

Maëlle Brun : Ses amis m’ont raconté que cela s’était fait petit à petit. Il n’y a pas vraiment eu d’épisodes marquant, chacun est allé à son rythme et pour certains ce n’était pas encore réglé il y a quelques années. Les Macron ont insisté sur le fait qu’ils ne voyaient pas leur différence d’âge mais ce n’était pas le cas de la famille Trogneux. Quant à André-Louis Auzière, il s’est vraiment volatilisé en apprenant leur relation. Il ne l'a pas supporté.

Planet : Dans votre livre, on apprend notamment que Brigitte Macron a été attachée de presse, ça lui sert aujourd’hui dans son statut de Première dame selon vous ?

Maëlle Brun : Tout à fait oui, elle a une maîtrise de sa communication incroyable et ça s’est vu dans la campagne. Elle a une vraie aptitude au réseautage, d’ailleurs pendant la présidentielle l’affiche people aux côtés des Macron était assez impressionnante par rapport aux autres. Je pense d’ailleurs qu’elle gère beaucoup la communication de son mari. Pendant la campagne, ils se sont emparés du récit de leur histoire et l'ont raconté eux-mêmes. Et puis l’influence qu’a Brigitte sur Emmanuel est indéniable, elle lui garde les pieds sur terre et elle n’hésite pas à le contredire, elle ne s’efface pas à ses côtés.

 

"La plus sociable des deux, c'était Brigitte"

 

Planet : "Généreuse", "affable", "complice", d’où croyez-vous que Brigitte Macron tire ses qualités ?

Maëlle Brun : Ses parents sont des gens très sympas, même si sa mère était quelqu’un de plus discret que son père. Sa fille, Tiphaine, est aussi quelqu’un d’accueillant et d’accessible. Il y a une question d’éducation mais aussi de personnalité. Avec son premier mari, tout le monde disait que la plus sociable des deux, c’était Brigitte.

Planet : C’est une revanche pour eux d’accéder la présidence ?

Maëlle Brun : Pas forcément. Après c’est vrai que voir leur histoire dans les magazines, ça ne leur a certainement pas déplu, c’était aussi une reconnaissance de leur amour.

Planet : Finalement, il n’y a pas d’angle d’attaque sur Brigitte Macron ?

Maëlle Brun : En dehors de quelques collaborateurs qui estiment qu’elle a peut-être trop d’influence, Brigitte Macron est très appréciée, cela se voit quand des membres du gouvernement parlent d’elle régulièrement. Elle est un aout pour Emmanuel Macron et elle est sa part "non-négociable". Sur le fond, c’est vraiment quelqu’un de sympa et d’attentionné. Pendant la campagne, elle était investie auprès des helpers et des bénévoles, très maternelle. C’est aussi quelqu’un de terriblement efficace, c’est une main de fer dans un gant de velours.

 

 

 

Planet : Pensez-vous que cette popularité va durer ?

Maëlle Brun : Je le crois. Elle est toute en maîtrise de sa communication et elle saura se retirer si elle devient gênante. Cette position elle la prend aussi parce que ça sert son époux. Et puis, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu de Première dame et elle embrasse parfaitement le rôle. Encore une fois, pour Emmanuel Macron, elle est un capteur. Elle est à l’écoute des Français, elle capte leur inquiétudes mais aussi ce qui les passionne. Elle a un rôle d’épouse bien sûr mais aussi de conseillère. Brigitte Macron a son propre agenda, elle assiste à des réunions, rencontre des ministres sans son mari. 

Planet : Justement, pensez-vous qu’Emmanuel Macron aurait pu devenir président de la République sans elle ?

Publicité
Maëlle Brun : Non, je ne le crois pas. Ce n’est pas qu’elle l’a poussé dans cette voie, mais elle l’a soutenu. Elle ne se rêvait pas Première dame. Elle a comblé toutes ses failles, face au côté jeune d’Emmanuel Macron qui aurait pu inquiéter, l’âge de Brigitte Macron est un gage de crédibilité. Lui a un côté un peu lisse, et elle lui apporte quelque chose de rock’n’roll. Ils ont réussi à faire une force de leur différence et aujourd'hui Brigitte continue de prendre le poul des Français pour lui. Elle est un capteur de leurs inquiétudes mais aussi de leurs passions. Quant à leur communication, elle est rodée et synchronisée. Ils maîtrisent aussi bien les canaux traditionnels comme avec la covuerture de Paris Match, que les canaux plus modernes comme les réseaux sociaux. 

Vidéo sur le même thème : Le Grand Oral de Maëlle Brun, auteure de "Brigitte Macron l’affranchie" 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité