Si François Hollande venait à annoncer prochainement qu’il se sépare de Valérie Trierweiler, l’Elysée serait alors privé de Première dame. Une situation qui pourrait mettre davantage en lumière Brigitte Ayrault, l’épouse du Premier ministre.

©AFP

L’affaire Hollande-Gayet a non seulement relancé le débat sur la frontière entre la vie privée et la vie publique du président de la République mais également celui portant sur le statut de Première dame. Et alors que la situation amoureuse du chef de l’Etat et sa compagne n’a toujours pas été clarifiée par ce dernier, la rumeur d’une rupture n’en finit pas d’enfler. Le bruit court même que leur histoire se conjuguerait désormais au passé. Si tel était le cas, la Première dame serait alors certainement contrainte de faire ses bagages. Et si personne ne venait ensuite à lui succéder officiellement à l’Elysée et dans le cœur de François Hollande, une femme semble d’ores et déjà toute désignée pour être celle sur qui les projecteurs se braqueraient. Il s’agit de Brigitte Ayrault.

Elle s’est déjà impliquée en politiqueDiscrète, l’épouse du Premier ministre semble en effet s’imposer comme la ‘Deuxième dame’ de France. Car, si ses interventions publiques sont relativement rares, elle accompagne très régulièrement son mari dans ses déplacements. Et cette diplômée de lettres modernes est loin d’être novice en matière de politique. Mère de deux filles, elle s’est en effet impliquée dans la politique dès les années 1970. Après avoir milité pendant sa jeunesse au Mouvement rural de jeunesse chrétienne, elle a ensuite été élue conseillère générale du canton de Saint-Herbelain-Ouest-Indre. Un poste qu’elle a occupé entre 1982 et 2001. En 2002, Brigitte Ayrault est ensuite devenue déléguée régionale aux droits des enfants pour le département des Pays-de-la-Loire. Elle a finalement quitté cette fonction en 2004. Un an plus tard, en 2005, elle a créé la Maison des adolescents à Nantes.

Elle bénéficie déjà d’un privilège de Première dameDepuis que son époux a été nommé chef du gouvernement en 2012, cette grand-mère de trois petits-enfants doit également composer avec des évènements protocolaires, en plus de son engagement associatif. Et pour l’aider dans cette tâche, une conseillère en communication lui a récemment été octroyée par Matignon. Un véritable privilège qui, jusqu’à présent, n’était strictement réservé qu’aux Premières dames. "Comme les autres femmes de Premiers ministres, Brigitte Ayrault dispose d'un secrétariat, qui reçoit les appels de la part de diverses associations. Mais elle participe aussi très régulièrement aux déplacements de son mari, ce qui demande une certaine logistique", s’est justifié Matignon dans les colonnes du Figaro.

Publicité
Un véritable soutien pour son épouxPar ailleurs, et malgré son naturel discret, Brigitte Ayrault n’a pas hésité à soutenir publiquement son époux lorsque des rumeurs de remaniement circulaient l’an dernier. Interrogée par Presse Océan en mai, elle avait alors déclaré : "Jean-Marc est l’homme de la situation. Il est courageux, il fait le travail, il est loyal. Je le crois indispensable à François Hollande".

En vidéo sur le même thème : Quand Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault font rire l'Assemblée

Publicité