Le président des Républicains est récemment revenu sur la phrase qu’il a lâchée en Tunisie et qui n’est pas passée auprès des Algériens. "Rien ne justifiait la polémique", a-t-il estimé.

"La Tunisie est frontalière avec l’Algérie, avec la Libye, ce n’est pas nouveau. Vous n’avez pas choisi votre emplacement", a déclaré Nicolas Sarkozy le mois dernier lors d’un déplacement à Tunis.  Une sortie qui n’est passée inaperçue et qui a même profondément irrité les Algériens. Au lendemain de cette déclaration, de nombreux médias locaux ont en effet pointé ses paroles "insultantes", affirmant même que l’ex-chef de l’Etat "ne porte pas l’Algérie dans son cœur".

Publicité
Il dénonce "l’interprétation" qui en a été faiteSilencieux au moment où la polémique a éclaté, Nicolas Sarkozy est finalement revenu dessus cette semaine au cours d’un entretien accordé à Valeurs Actuelles. Je suis "surpris" par la dimension qui a été donnée à mes propos, a-t-il confié à l’hebdomadaire. "Rien dans mes propos ne se voulait critique à l’endroit de quiconque, certainement pas de l’Algérie pour laquelle j’ai, chacun le sait, une profonde amitié", a-t-il également affirmé. Et le patron des Républicains de poursuivre en assurant : "Très sincèrement, je crois que rien de ce que j’ai dit ne l’était, ni ne justifiait une polémique, qui s’est d’ailleurs moins nourrie des paroles que j’ai prononcées que de l’interprétation que certains ont cherché – à tort – à leur donner. Je le regrette".

Nicolas Sarkozy a également profité de cet entretien pour souligner la "relation passionnelle" qui existe entre la France et l’Algérie.

Vidéo sur le même thème - La conférence de presse de Nicolas Sarkozy à Tunis

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité