L’affaire a fait grand bruit. A la fin du mois d’août, le cadre socialiste Boris Faure, avait une violente altercation avec le député de La République en Marche, M’jid El Guerrab. Ce dernier, mis en examen, a démissionné de son parti.

Une belle cicatrice, c’est ce dont a écopé Boris Faure, cadre socialiste après son altercation avec M’jid El Guerrab. Le responsable PS n’a d’ailleurs pas manqué de poster la photo sur Twitter, et de "réclamer justice" au passage.

 

  

Fin août dernier, il croise le député La République en Marche, M’jid El Guerrab, dans les rues de Paris. Le ton monte et le parlementaire l’aurait alors frappé avec son casque de scooter. Transporté d’urgence à l’hôpital dans un état inquiétant, Boris Faure passera rapidement sur le billard.

Depuis cette altercation, le socialiste a porté plainte et l’élu a été mis en examen pour ‘’violences volontaire avec arme’’ ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours. Sur son compte Facebook, M'jid El Guerrab a déclaré début septembre se "mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM"', pour "permettre à l’enquête de se dérouler de la manière la plus sereine".

A lire aussiM’jid El Guerrab : ''J’ai perdu mon sang-froid''

Très discrète présence

Après sa mise en retrait, M’jid El Guerrab a finalement complètement démissionné du parti présidentiel, assure le Huffington Post, et devrait donc siéger à l’Assemblée Nationale avec les députés non-inscrits.

"Devrait", car selon le site Nos Députés, l’élu est particulièrement discret, depuis la fin des vacances parlementaires. Sa présence n’a pas été détectée une seule fois depuis le début du mois de septembre. Il était également absent de la commission de défense dans laquelle il siège et dont la dernière réunion se tenait le 12 septembre dernier.

M’jid El Guerrab a cependant posé trois questions écrites la semaine dernière au ministre de l’Action et des Comptes Publics. Ces questions ne nécessitent pas une présence physique et sont transmises au Président de l’Assemblée Nationale qui notifie ensuite le gouvernement.

Publicité
Peu après l’altercation, M’jid El Guerrab a annoncé son intention de porter plainte contre Boris Faure et a présenté un certificat montrant cinq jours d’interruption totale de travail pour torsion du pouce et contusion au poignet, rapporte Marianne. Il accuse le socialiste d’être à l’origine des violences. Quant aux insultes racistes qu’aurait proférées le cadre du PS, les versions et témoignages divergent.