Alors que François Hollande a été très critiqué pour sa blague sur la sécurité en Algérie, le Canard Enchaîné révèle que ses propos ont été sortis de leur contexte et qu’en réalité, le président charriait le chef du gouvernement et le ministre de l'Intérieur.

©AFP

La dernière blague de François Hollande n’en finit pas de défrayer la chronique. Après avoir suscité nombre de critiques et contraint le chef d’Etat à faire profil bas en appelant le président algérien Abdelaziz Boutefika pour s’excuser, on apprend désormais le vrai sens de cette boutade de mauvais goût. Selon les informations du Canard Enchaîné, le président Hollande ne voulait pas ironiser sur la sécurité en Algérie, mais plutôt se moquer des relations tendues qu’entretiennent le chef du gouvernement et le ministre de l’Intérieur. "Manuel Valls est rentré d’Algérie sain et sauf. C’est déjà beaucoup", avait-il déclaré devant le Conseil représentatif des institutions juives de France le 16 décembre dernier.

Publicité
Des propos sortis de leur contexteEt alors que tous les observateurs ont compris que le président français s’était ouvertement moqué de la sécurité en Algérie, en réalité il n’en serait rien. L'’hebdomadaire satirique assure en effet que le président voulait par-là faire une note d’humour sur les bisbilles qui divisent Manuel Vals et Jean-Marc Ayrault. Ainsi, sa blague aurait simplement voulu dire que le premier policier de France avait survécu à un vol dans le même avion que le Premier ministre. "Ce qui pose une problème dans l’absolu, c’est quand des propos sont sortis de leur contexte pour être instrumentalisés", avait d’ailleurs déjà souligné Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, lundi au sortir du Conseil des ministres.

Vidéo : l'Elysée tente de calmer le jeu