L'utilité et la teneur d'une campagne en faveur de l'armement des policiers municipaux à Béziers fait polémique. Plus de détail

C’est ce qu’on appelle y mettre les moyens. Au début du mois de février, la police municipale de Béziers a été équipée d’armes à feu. À l’image d’autres villes, il s’agissait pour ces agents de la "PM" de leur permettre de faire des patrouilles de nuit. Prise en accord avec la sous-préfecture, cette disposition sécuritaire n’est pas très surprenante.

Lire aussi : Béziers : après Eric Zemmour, Robert Ménard pourrait inviter Alain Soral et Dieudonné

Ce qui l’est plus, en revanche, c’est la campagne d’affichage de la municipalité sur cette nouveauté. Comme ceci est rapporté par La Provence, les affiches placardées par les services municipaux de Robert Ménard ont de quoi surprendre. Un gros flingue estampillé des couleurs de la ville accompagné de la mention en caractère gras : "désormais la police municipale a un nouvel ami".

S’il parait singulier (voire malsain) d’associer la notion d’amitié au caractère létal d’une arme à feu, est également dans le viseur des détracteurs de cette campagne le coût ainsi que l’utilité de celle-ci. Sur Twitter, le député de la 7eme circonscription de l’Hérault Sébastien Denaja a déjà qualifié cette initiative d’"inadmissible et irresponsable".

Lire aussi : Robert Ménard : la laïcité à géométrie variable

Publicité
Depuis son arrivée à la mairie de Béziers, Robert Ménard est un habitué des polémiques. Dans le désordre, on peut citer le fiasco des blouses à l'école, l'instauration d'une messe municipale à la féria de Béziers, l'interdiction du linge aux fenêtres ou encore l'installation d'une crèche de Noël dans les locaux de la mairies.