L’ancien ministre des Affaires étrangères et la journaliste belge sont ensemble depuis plus de trente ans. Découvrez ou redécouvrez cinq anecdotes sur leur couple.

1 / La rumeur d’un mariage à Rome

Bernard Kouchner et Christine Ockrent sont en couple depuis plus de trente ans. En 2010, le bruit d’un mariage à Rome a couru mais, sept ans plus tard, ils ne sont toujours pas passés devant Monsieur le maire. A 73 et 77 ans, ils ont un fils en commun : un dénommé Alexandre né en 1986. L’ancien ministre des Affaires étrangères est également papa de trois autres enfants nés de sa précédente union avec la professeure de droit Evelyne Pisier : Julien (1970) et les jumeaux Camille et Antoine (1975). Tous les deux s'étaient rencontrés à Cuba où Evelyne Pisier s'était liée avec Fidel Castro.

La rencontre entre Bernard Kouchner et Christine Ockrent remonte quant à elle au début des années 1980. Et alors qu’Evelyne Pisier reprochait à son ex-mari ses missions humanitaires incessantes, la journaliste belge, elle, s’en est accommodée. Ces activités correspondraient même parfaitement au rythme de vie qu’elle recherchait. "C’est ça qui m’intéresse. Bernard n’est sûrement pas un mec qui revient à six heures et demie du soir avec sa petite serviette. Je n’ai pas choisi ce genre de vie et je n’ai pas choisi ce genre d’homme", a-t-elle un jour confié à Michel-Antoine Banier.

2/ "La reine Christine"

Au début de sa carrière télévisée en France, Catherine Ockrent a été surnommée "la reine Christine". Un sobriquet qui lui a été attribué en 1981, après qu’elle est devenue la toute première femme à présenter régulièrement le JT de 20 heures. A cette époque, la journaliste présentait les informations sur Antenne 2, en alternance avec Patrick Poivre d’Arvor. Christine Ockrent est restée sur la Deux jusqu’en 1985. Elle a ensuite, entre autres, travaillé pour France 3, Europe 1, L’Express et France Inter.

3/ Il est cocréateur de séries télé

Médecin, ancien ministre, cofondateur de Médecins sans frontière et de Médecins du Monde, Bernard Kouchner a également une autre casquette un peu moins connue. Et pour cause, il utilise un pseudonyme. C’est en effet sous le nom de Bernard Gridaine qu’il a cocréé des séries télévisées : "En cas de bonheur" pour TF1 en 1989, "Hôtel de police" et "Médecin de nuit" pour Antenne 2 en 1985 et 1978.  

4/ Il n’accepte que les distinctions militaires

Christine Ockrent peut se vanter d’avoir été promue au grade d’officier de la Légion d’honneur en 2007 et même officier de l’ordre national du Mérité ainsi que de l’ordre de Léopold la même année. Quelques années plus tôt, en 1985, la journaliste avait également reçu le  "7 d’or" du meilleur présentateur du journal télévisé et un "Super 7 d’or".De son coté, Bernard Kouchner a toujours refusé de se voir remettre une distinction honorifique autre que militaire.

5/ Les très chères piges de Christine Ockrent

Publicité
En 2008, Christine Ockrent s’est retrouvée au cœur d’une polémique. En cause : une pige hebdomadaire que la journaliste facturerait 120 000 euros annuels, rapportait alors Le Point. Outre le coût de ces piges, c’est aussi le fait qu’elle se trouvait alors sous la tutelle de son mari qui a fait jaser. Christine Ockrent travaillait pour France 24, laquelle était rattachée au ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner. La journaliste était en charge d’un billet en deux versions, française et anglaise. Et alors que Nicolas Sarkozy avait décidé de supprimer la version en langue étrangère, divisant ainsi par deux le revenu de Christine Ockrent,  le ministre n’avait pas hésité à monter au créneau. "Bernard Kouchner a immédiatement fait savoir son désaccord sur le fond avec Nicolas Sarkozy, et entend plaider, auprès du président, la cause d'une France 24 multilingue", rapportait le magazine. Et celui-ci de préciser : "pas de mesquinerie: ce n'est pas la pige de sa compagne qu'il entend défendre, mais bien le rayonnement du point de vue français dans le monde".

 En vidéo sur le même thème - Centrafrique : le lapsus de Bernard Kouchner