Les propos du ministre de l’Economie sur une ouverture de la frontière à Calais en cas de "Brexit" ont fait réagir son homologue à l’Intérieur.

La nouvelle sortie d’Emmanuel Macron n’a pas du tout plu à Bernard Cazeneuve… En effet, jeudi, le ministre de l’Economie avait voulu prévenir les Anglais qu’en cas de sortie de l’Union européenne, la France ne retiendrait plus les migrants installés à Calais et qui désirent se rendre outre-Manche.

En apprenant ces propos, le sang de Bernard Cazeneuve n’a fait qu’un tour. Interrogé vendredi matin sur l’antenne de BFMtv/RMC, le ministre de l’Intérieur a déclaré : "Sur ce sujet-là, ce ne sont pas des déclarations qui dont le buzz dont on a besoin, c’est d’une action sur la durée (…) qui donne des résultats."

"Il faut travailler beaucoup et parler peu"

"C’est moi qui suis en charge de ce sujet au gouvernement", a également tenu à rappeler le "premier flic de France", tout en saluant le ministre de l’Economie "qui fait un travail absolument remarquable dans son domaine de compétences" et "se consacre à sa tâche comme (il se) consacre à la (s)ienne."

Publicité
Puis, Bernard Cazeneuve a fait savoir que "ces sujets sont d’une extraordinaire complexité. Sur les sujets compliqués, il faut travailler beaucoup et parler peu." "Si nous ouvrons demain la frontière, que se passe-t-il ? Les Anglais, qui sont maîtres de leur propre frontière, peuvent la bloquer au moment de l’arrivée des migrants en Grande-Bretagne, ils seront à ce moment reconduits en France… J’aurais à ce moment-là alimenté un flux et augmenté un stock, et aggravé un problème humanitaire", a fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Vidéo sur le même thème : Découvrez l'étonnant surnom de Bernard Cazeneuve ! 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité