Les propos du ministre de l’Economie sur une ouverture de la frontière à Calais en cas de "Brexit" ont fait réagir son homologue à l’Intérieur.

La nouvelle sortie d’Emmanuel Macron n’a pas du tout plu à Bernard Cazeneuve… En effet, jeudi, le ministre de l’Economie avait voulu prévenir les Anglais qu’en cas de sortie de l’Union européenne, la France ne retiendrait plus les migrants installés à Calais et qui désirent se rendre outre-Manche.

A lire aussi Manuel Valls se paye Emmanuel Macron devant les caméras du Petit Journal

En apprenant ces propos, le sang de Bernard Cazeneuve n’a fait qu’un tour. Interrogé vendredi matin sur l’antenne de BFMtv/RMC, le ministre de l’Intérieur a déclaré : "Sur ce sujet-là, ce ne sont pas des déclarations qui dont le buzz dont on a besoin, c’est d’une action sur la durée (…) qui donne des résultats."

"Il faut travailler beaucoup et parler peu"

"C’est moi qui suis en charge de ce sujet au gouvernement", a également tenu à rappeler le "premier flic de France", tout en saluant le ministre de l’Economie "qui fait un travail absolument remarquable dans son domaine de compétences" et "se consacre à sa tâche comme (il se) consacre à la (s)ienne."

Publicité
Puis, Bernard Cazeneuve a fait savoir que "ces sujets sont d’une extraordinaire complexité. Sur les sujets compliqués, il faut travailler beaucoup et parler peu." "Si nous ouvrons demain la frontière, que se passe-t-il ? Les Anglais, qui sont maîtres de leur propre frontière, peuvent la bloquer au moment de l’arrivée des migrants en Grande-Bretagne, ils seront à ce moment reconduits en France… J’aurais à ce moment-là alimenté un flux et augmenté un stock, et aggravé un problème humanitaire", a fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Vidéo sur le même thème : Découvrez l'étonnant surnom de Bernard Cazeneuve ! 

Publicité